Proclamation

Le Palmarès des libraires pour la rentrée littéraire 2020

De gauche à droite, Franck Bouysse,le gagnant du palmarès,Philippe Jaenada, Laurent Petitmangin, Serge Joncour, Julia Kerminon et Véronique Olmi. - Photo OLIVIER DION

Le Palmarès des libraires pour la rentrée littéraire 2020

Le 16e Palmarès LH des libraires a été dévoilé dans la soirée du 22 septembre, révélant les 20 romans français et les 20 romans traduits préférés des libraires.

Par Vincy Thomas,
Créé le 22.09.2020 à 19h40,
Mis à jour le 22.09.2020 à 20h01

Mardi 22 septembre, Livres Hebdo, dans ses locaux, a révélé son 16e Palmarès LH des libraires 2020. Un écrivain confirmé et une nouvelle voix (américaine) ont été couronnés. Les 335 libraires interrogés par Xerfi/I+C ont plébiscité cette rentrée Franck Bouysse avec Buveurs de vent (Albin Michel), et Tiffany McDaniel avec Betty, traduit par François Happe et prix du Roman Fnac 2020 (Gallmeister).

L'intégralité des 40 titres (littérature française et littérature étrangère) est à retrouver dans le palmarès publié dans LH Le Magazine n°2, le 25 septembre. Au total, 26 éditeurs sont représentés, avec une prépondérance pour Albin Michel (4 titres français, 2 étrangers) et Gallimard (3 titres français, 2 étrangers).

Top 5 Littérature française
  1. Franck Bouysse, Buveurs de vent (Albin Michel). Sélection: Prix Giono. 11e du Top 50 fiction cette semaine. Quatre frères et sœurs grandissent au Gour Noir, une vallée perdue au milieu des montagnes. Marc passe son temps à lire en cachette, Mathieu entend penser les arbres, Mabel éblouit par sa beauté sauvage et Luc parle aux animaux, espérant devenir l'un des leurs. Ils travaillent tous pour Joyce, le propriétaire de la centrale, des carrières et du barrage.

  2. Julia Kerninon, Liv Maria (L'Iconoclaste). Sélections: Prix Wepler, Prix de Flore. 29e du Top 50 fiction cette semaine. Née sur une île bretonne d'une mère tenancière de café et d'un père marin norvégien, Liv Maria est envoyée à l'âge de 17 ans à Berlin. Après la mort de ses parents dans un accident de voiture, elle s'invente une existence libre en Amérique du Sud avant de s'ancrer dans une histoire de famille paisible en Irlande, où elle donne naissance à deux enfants. Mais la jeune femme reste insaisissable.

  3. Serge Joncour, Nature humaine (Flammarion). Sélections: Prix Renaudot, Prix Femina. 32e du Top 50 fiction cette semaine. En 1999, tandis que la France est balayée par une puissante tempête, Alexandre vit reclus dans sa ferme du Lot, dans l'attente des gendarmes censés venir l'arrêter. Un roman sur la fin de la vie paysanne et sur le divorce entre l'homme et la nature, à travers l'histoire d'une famille française bouleversée par le résultat de trente ans de progrès, de luttes, de politique et de catastrophes.

  4. Laurent Petitmangin, Ce qu'il faut de nuit (Manufacture de livres). Premier roman. Prix Stanislas. Sélections: Prix Femina, Prix Médicis, Prix Décembre. 10e du Top 50 fiction cette semaine. Un père élève seul ses deux fils, Fus et Gillou. Ceux-ci grandissent et commencent très tôt à prendre leur destin en main. Une histoire de famille, de convictions, de choix et de sentiments ébranlés.

  5. Emmanuel Carrère, Yoga (P.O.L). Sélections: Prix Goncourt, Prix Médicis. 1er du Top 50 fiction cette semaine. Un auteur commence à écrire un livre faisant l'apologie du yoga. Mais son désir de sérénité est mis à mal par les mensonges et les trahisons ainsi que par la misère du monde. Divorcé et hanté par le souvenir d'une maîtresse sensuelle, il tente de devenir quelqu'un de meilleur.


Top 5 Littérature étrangère
  1. Tiffany McDaniel, Betty, traduit par François Happe (Gallmeister). Prix du roman Fnac. Sélection: Prix Femina étranger. 3e du Top 50 fiction cette semaine. Betty Carpenter est la fille d'une mère blanche et d'un père cherokee. Après des années d'errance, sa famille s'installe dans l'Ohio. Avec ses frères et soeurs, la petite fille grandit bercée par les histoires de son père. Quand de terribles secrets de famille refont surface, Betty affronte l'adversité grâce à l'écriture.

  2. Colson Whitehead, Nickel Boys, traduit par Charles Recoursé (Albin Michel). Sélection: Prix Femina étranger.  9e du Top 50 fiction cette semaine. Orphelin noir dans l'Amérique des années 1960, Elwood Curtis vit chez sa grand-mère à Tallahassee, en Floride. Alors qu'il rêve d'entrer à l'université, il se retrouve à la Nickel Academy, une maison de correction qui inflige des traitements inhumains à ses pensionnaires. En 2012, des fouilles révèlent des cadavres d'enfants enterrés dans des tombes anonymes et des rescapés témoignent.

  3. Erri de Luca, Impossible, traduit par Danièle Valin (Gallimard). 18e du Top 50 fiction cette semaine. Un promeneur chute dans les Dolomites et meurt. Un homme donne l'alerte. Les deux individus se connaissent, le premier ayant livré le second et tous ses camarades à la police quarante ans plus tôt alors qu'ils participaient à un groupe révolutionnaire. Quand un juge veut faire avouer au suspect le meurtre de son ancien compagnon, l'interrogatoire se mue en réflexion sur l'engagement et l'amitié.

  4. Kiran Millwood Hargrave, Les graciées, traduit par Sarah Tardy (Robert Laffont). Premier roman. Sélection: Prix Femina étranger. Vardo, Norvège, 1617. Maren Magnusdatter a 20 ans lorsque quarante pêcheurs se noient à cause d'une violente tempête. Désormais, les femmes du village doivent assurer leur survie elles-mêmes. Trois ans plus tard, Absalom Cornet débarque d'Ecosse avec son épouse norvégienne, Ursa, et voit cette indépendance d'un mauvais oeil. De leur côté, Maren et Ursa se lient d'amitié.

  5. Colum McCann, Apeirogon, traduit par Clément Baude (Belfond). Prix Transfuge du meilleur roman anglophone. Sélections: Prix Femina étranger, Prix Médicis étranger.  46e du Top 50 fiction cette semaine. Un Palestinien et un Israélien, tous deux victimes du conflit qui oppose leurs pays, tentent de survivre après la mort de leurs filles, Abir Aramin et Smadar Elhanan. Ensemble, ils créent l'association Combattants for peace et parcourent la planète pour raconter leur histoire et susciter le dialogue.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités