Le gouvernement veut faire de la culture une filière économique structurée | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 28.11.2019 à 21h55 (mis à jour le 28.11.2019 à 22h00) Politique culturelle

Le gouvernement veut faire de la culture une filière économique structurée

Les ministres Jean-Yves Le Drian, Franck Riester et Bruno Le Maire - Photo MINISTÈRE DE LA CULTURE

Consultations dès cet hiver, création d'un comité stratégique, engagement dur deux nouveaux dispositifs de financement, les ministères des Affaires étrangères, de l'Economie et de la Culture ont lancé ce jeudi 28 novembre les Etats généraux des industries culturelles et créatives, qui inclus le secteur du livre.

Jeudi 28 novembre, les Etats Généraux des industries culturelles et créatives (ICC) ont été lancés par Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères, Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances et Franck Riester, ministre de la Culture.

L’initiative doit être le « point de départ d’une dynamique de structuration de ces différentes industries en une véritable filière » selon le communiqué commun des trois ministères. Manière de vouloir affirmer et officialiser une politique de "soft power".

Ses Etats Généraux des ICC seront pilotés par Catherine Pégard et Bruno Patino. Partant du constant que ces ICC, globalement très dynamiques, « sont fortement ancrées dans les territoires, où elles génèrent d’importantes retombées économiques et ont également une forte capacité de projection sur les marchés extérieurs », les ministères observent néanmoins qu’elles «  ne sont cependant pas toutes suffisamment en capacité de relever les défis auxquels elles sont confrontées, en particulier la transformation radicale des modes de consommation et l’apparition de nouveaux acteurs opérant à l’échelle mondiale. »

Consultations cet hiver et comité stratégique

Ces Etats généraux « se réuniront de décembre 2019 à mars 2020, rassembleront des représentants de tous les secteurs dans des groupes de travail autour de thèmes d’intérêts communs : accès au financement, enjeux de protection de la propriété intellectuelle, exportation, intelligence artificielle, formation etc. Concernant le volet international, ils s’appuieront notamment sur les travaux du comité stratégique sur l’export des ICC, piloté par Jean-Yves Le Drian et Franck Riester. »

Les conclusions de ces groupes seront présentées au printemps 2020 au président de la République, Emmanuel Macron, qui installera un comité stratégique de filière (CSF) chargé d’établir, d’ici fin 2020, un contrat de filière sur le modèle de ce qui existe en matière de filière industrielle. Ce comité associera des représentants des entreprises et de l’Etat et aura vocation à porter des projets transverses à plusieurs ICC. Afin de déterminer au mieux la composition et le programme de ces groupes de travail, le ministère de la Culture et le ministère de l’Economie et des Finances lancent aujourd’hui une consultation en ligne pour les professionnels du secteur

Deux nouveaux dispositifs de financement

D’ores et déjà, le Gouvernement s’engage avec deux nouveaux dispositifs de financement que le président de la République avait annoncés le 13 mai dernier, devant les représentants du monde de la musique, du cinéma, du livre, de l’audiovisuel, du jeu vidéo, des créations numériques, des arts visuels, du spectacle vivant, de la presse et de l’architecture et qui sont désormais opérationnels :
  • Le Fonds Industries Culturelles et Créatives opéré par Bpifrance et doté de 225M€ ;
  • Un renforcement de la capacité en prêts participatifs de l’IFCIC à hauteur de 25 M€.
Chaque ministère a transmis ses objectifs. Pour le ministre de l’Europe et des affaires étrangères, il s’agit de conquérir de nouveaux marchés. Pour le ministre de l’Economie et des Finances, cela vise à fédérer les énergies « pour faire émerger les modèles gagnants à l’heure de la transformation numérique et assurer ainsi notre souveraineté culturelle et technologique. » Quant au ministre de la Culture, il revendique la place du secteur dans la croissance du pays, avec 640000 emplois et 91 milliards d’euros de chiffre d’affaires.  

En 5 ans, le secteur a, selon l’étude communiquée lors des Etats généraux, progresser de 6,7% et l’ensemble des exportations a augmenté de 16% entre 2013 et 2016, soit le double de l’ensemble des exportations françaises
close

S’abonner à #La Lettre