Syrie

Le destin du criminel nazi le plus recherché révélé par la revue "XXI"

Couverture du n° 37 de la Revue XXI

Le destin du criminel nazi le plus recherché révélé par la revue "XXI"

Dans son 37e numéro à paraître aujourd’hui, la revue XXI retrace le parcours du criminel nazi Aloïs Brunner et confirme sa mort en décembre 2001 à Damas.
 

Par Isabel Contreras,
Créé le 11.01.2017 à 07h59,
Mis à jour le 12.01.2017 à 12h27

La revue trimestrielle XXI publie mercredi 11 janvier son enquête sur le nazi Aloïs Brunner, le criminel de guerre le plus recherché depuis 1945. Intitulée "Le nazi de Damas, Enquête sur Aloïs Brunner", l'enquête d'Hedi Aoudj et Mathieu Palain intègre un numéro consacré à la guerre.

Jamais rattrapé par la justice, celui qui fut l’un des principaux acteurs de la « solution finale » a rejoint dans les années 1960 Hafez al-Assad, père de l’actuel président syrien Bachar al-Assad, à son arrivée au pouvoir. Jusqu’à sa mort en décembre 2001, Aloïs Brunner a bénéficié de la protection du clan al-Assad. Il est devenu conseiller et a entraîné tous les chefs des services de renseignements syriens, contribuant ainsi à bâtir un système répressif efficace. Le régime de Damas avait toujours nié sa présence sur son territoire.

Cette longue enquête s’appuie sur plusieurs témoignages, dont ceux de trois gardes du corps formés par l’école des renseignements syriens et détachés à la branche 300 en charge du contre-espionnage et de la protection d’Aloïs Brunner. Ils ont été recoupés par un document des services de renseignement français que l'on retrouve dans ce numéro de l'hiver 2017.  

L’enquête de la revue XXI sera bientôt publiée en allemand par la revue Reportagen et en italien par le magazine Internazionale.

Les deux auteurs, Hedi Aoudj et Mathieu Palain, seront les invités de Yann Barthes dans "Quotidien" sur TMC ce mercredi 11 janvier.



 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités