Edition

Le cinéma de João Pedro Rodrigues au Centre Pompidou

João Pedro Rodrigues, prix du meilleur réalisateur au Festival de Locarno en 2016

Le cinéma de João Pedro Rodrigues au Centre Pompidou

Du 25 novembre 2016 au 2 janvier 2017, le Centre Pompidou consacre une rétrospective du cinéaste portugais João Pedro Rodrigues, accompagnée d'un livre et d'une installation.

J’achète l’article 1.50 €

Par Vincy Thomas,
Créé le 24.11.2016 à 21h12,
Mis à jour le 24.11.2016 à 22h00

Les cinémas du Centre Pompidou continuent de rendre hommage aux auteurs contemporains exigeants. Après Bertrand Bonello, Jafar Panahi et en attendant Naomi Kawase, Beaubourg met en lumière l'œuvre du cinéaste portugais João Pedro Rodrigues. Son dernier film L'Ornithologue, qui revisite le mythe de Saint-Antoine, qui vient de recevoir deux prix au Festival Chéries-Chéris à Paris et le prix de la mise en scène à Locarno en août dernier, sort en salles mercredi 30 novembre.

La rétrospective du cinéaste s'ouvre ce vendredi 25 novembre et s'achèvera le 2 janvier 2017. Pour cette occasion, une installation, inédite en Europe de João Pedro Rodrigues et João Rui Guerra Da Mata sera érigée: une tour de six mètres de haut, à la fois énigme architecturale, enfermement entre quatre murs d’images et fugue sans fin.

Les éditions du Centre Pompidou et Post-éditions publie parallèlement Le jardin des fauves, grand livre d'entretiens entre le cinéaste et Antoine Barraud qui décrypte sa filmographie iconoclaste et dévoile l'artiste. Il s'agit de la première publication en français autour du réalisateur. Passionné par la peinture, se reconnaissant dans le héros de L'éducation sentimentale de Gustave Flaubert, João Pedro Rodrigues, nous confie qu'il a préféré ce format du livre d'entretiens parce qu'il a du mal à s'exprimer sur lui-même.

Le Centre Pompidou poursuit ainsi sa collection autour des cinéastes de notre époque qui ne bénéficient pas de l'exposition de leurs confrères américains. Avec Filigranes, les éditions du Centre Pompidou avait publié en octobre Jafar Panahi: images, nuages de Clément Chéroux. Avec De L'incidence, l'éditeur plus tôt dans l'année avait édité Sharunas Bartas ou les hautes solitudes.

Ce n'est pas la première collaboration avec Post-éditions puisque les deux maisons ont co-édité il y a un an Notre caméra analytique de Yervant Gianikian.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités