Bilan

L'auteur en majesté au Salon du livre 2014

Photo ©OLIVIER DION

L'auteur en majesté au Salon du livre 2014

Les rencontres in vivo auteurs-lecteurs lors des séances de dédicaces sont apparues plus que jamais comme le facteur d'attraction clé du Salon du livre 2014, contrebalançant, selon les éditeurs, l'impact des élections municipales et du contexte économique général.

J’achète l’article 1.50 €

Par François Oulac,
Créé le 23.03.2014 à 22h54,
Mis à jour le 24.03.2014 à 10h28

Alors que les allées se vidaient au terme de deux journées particulièrement chargées, ce week-end au Salon du livre de Paris, et à la veille de la journée des professionnels, les éditeurs commençaient à dresser, chacun pour son compte, le bilan de la manifestation pour laquelle les organisateurs n'avaient pas encore livré dimanche soir d'estimation de fréquentation.

Selon tous les éditeurs interrogés par Livres Hebdo, le cru 2014 serait un peu en deçà du précédent en terme d'affluence. Chez Albin Michel, on décrit un vendredi "très calme" et une foule plutôt modérée samedi et dimanche. "A 18 heures samedi, les allées étaient quasiment vides !" s'étonne Danielle Boespflug, la responsable du stand. Chez Glénat aussi on déplore un week-end "plus mou" que l'an dernier. "Samedi, vers 16 heures, il y a eu un moment où on n'avait plus de travail", indique un responsable du stand.
 
Attribué par certain aux élections municipales, et par d'autres au contexte général de l'économie et de la lecture, ce tassement apparent a cependant été compensé par le succès des séances de dédicace. Au Seuil où, après une affluence "énorme" vendredi, le week-end s'est révélé plus mitigé, mais on se réjouit que "le succès d'auteurs comme Edouard Louis ou Marc Lavoine prouve que le livre garde un attrait important". De même sur le stand Grasset où, malgré un bon samedi, le dimanche après-midi n'a pas atteint l'affluence d'avant 2013, "les signatures font la différence", souligne-t-on.
 
Selon les stands, le chiffre d'affaires est jugé stable ou en léger tassement par rapport à 2013. Si ses chiffres ne sont pas encore définitifs, Xavier Hanna, responsable salons et dédicaces chez Delcourt, prévoit un CA "d'environ 70 000 euros", soit un résultat "plutôt positif", à peu près similaire à celui de l'an dernier. Les pronostics sont analogues chez Grasset et Albin Michel. Certains éditeurs affichent toutefois de meilleures performances, tels Flammarion et sa filiale Casterman, qui prévoient des ventes "plutôt à la hausse",  et P.O.L, qui décrit affiche un bilan "meilleur que l'année dernière", tant en termes de ventes que d'affluence.

"On est contents d'y être"
 
Au-delà des chiffres, les éditeurs sont en tout cas unanimes : le but du Salon est avant tout d'être une formidable vitrine d'exposition pour le livre. "C'est un carrefour pour les libraires, les lecteurs, les professionnels et les journalistes", rappelle-t-on sur le stand Dupuis, où l'on apprécie le succès du corner numérique, qui a attiré "beaucoup d'enfants et de seniors". L'approche est similaire chez Gallimard : "Le salon nous permet de présenter l'intégralité de notre catalogue, mais aussi de rendre hommage à des auteurs", se félicite un responsable du stand.
 
Evénement culturel et promotionnel plutôt qu'opération commerciale, le Salon du livre est une immense librairie d'où les éditeurs peuvent observer leur lectorat qui, depuis les éditions précédentes, semble constamment s'élargir, sans toutefois changer dans sa composition : un public très large, familial, intergénérationnel. Bon gré mal gré, le Salon reste une interface de premier plan entre public et professionnels. Chez Stock, Charlotte Brossier résume le sentiment de nombre de ses confrères : "On traîne toujours des pieds avant d'y aller, mais au final on est contents d'y être.

Commentaires (2)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
A

Adegouyon

il y a 6 ans à 19 h 47

Si le salon du livre est un evenement culturel et promotionnel pourquoi l'entree est payante ? Pourquoi l'organisateur fzit il payer au prix fort le moindre equipement aux editeurs petits ou grands ? Stop a l'hypocrisie : le salon est un business pour viparis et le but est de faire de l'argent ! Hein mr morisset ...


l

Roger

il y a 6 ans à 00 h 40

Foin des discours édulcorés des journalistes communicants. Le Salon du Livre de Paris baisse lentement et inexorablement depuis plusieurs années... et ça s'est accéléré en 2014. Pour y être présent depuis 1986 (avec le Calcre puis L'Oie plate), c'est mon plus mauvais résultat avec l'édition 1988. Avec une différence toutefois. En 88, un avril estival avait détourné les parisiens des hangars de Versailles. La fin du salon avait été sifflée par les exposants ! La Foire de Bruxelles et le Salon du Livre de Genève, deux manifestations qui portent haut les couleurs du livre de langue française, durent 5 jours. Paris 4 ! Constatons que la France donne le « la ». Elle sait anticiper et accompagner la récession du Livre. A 10 euros l'entrée, les organisateurs s'y entendent pour décourager « le grand public ». Gageons qu'ils nous annonceront un fois de plus un bilan positif. Miracle de la com et du journalisme mou du genou ! RG


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités