Lagardère vend ses magazines, dont Elle | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, avec afp, le 18.04.2018 à 16h34 (mis à jour le 18.04.2018 à 17h00) Médias

Lagardère vend ses magazines, dont Elle

Photo DR/LAGARDÈRE

Un groupe tchèque reprendrait plusieurs titres du groupe Lagardère. Les représentants de salariés au comité de groupe déplorent le "démantèlement d'un groupe prestigieux" et la casse sociale. La transaction bénéficierait au développement de Lagardère Publishing et Lagardère Travel Retail.

Le groupe Lagardère a engagé la vente de la plupart de ses magazines en France, incluant l'hebdomadaire féminin Elle, au groupe tchèque Czech Media Invest détenu par le milliardaire Daniel Kretinsky. Les titres concernés sont "Elle et ses déclinaisons, y compris les sites Internet de Elle en France, Version Femina, Art & Décoration, Télé 7 Jours et ses déclinaisons, France Dimanche, Ici Paris et Public", détaille le groupe dans un communiqué. Le groupe avait déjà cédé ses dernières années Pariscope au format papier, Be, Auto Moto, Psychologies Magazine et Première.

Paris Match, le Journal du Dimanche et la radio Europe 1 resteraient intégrés au groupe actionnaire d'Hachette Livre.

Lagardère veut désormais se renforcer sur ses pôles édition (Lagardère Publishing), sa distribution dans les lieux de transports (Lagardère Travel Retail) et la production de contenus, des activités à la marge plus élevée que les médias. Le produit de ces cessions "sera prioritairement affecté à l'investissement et au développement de Lagardère Publishing (édition), Lagardère Travel Retail (commerce en zone de transport) et de la production de contenus", avait précisé le groupe au Figaro la semaine dernière.
Selon une note du courtier Gilbert Dupont "l'ensemble des actifs cédés devrait représenter une enveloppe globale autour de 100 millions d'euros".

Elle, marque emblématique

Malgré sa notoriété mondiale, Elle a vu ses ventes baisser en France passant de 370000 exemplaires en 2013 à 330000 en 2017. Le magazine reste un prescripteur dans le secteur du livre, consacrant de nombreuses pages à la littérature, et organise l'un des prix littéraires les plus populaires. Cependant, Lagardère garderait la propriété de la marque "Elle" pour la presse, le numérique, et les produits dérivés (vêtements, cafés...) en France comme à l'international, ne donnant ainsi qu'une "licence pour l'exploitation des magazines", moyennant une redevance, selon une source proche du dossier. Ce mécanisme avait déjà été utilisé lors de la cession en 2011 au groupe américain Hearst des principales éditions internationales de Elle

Il s'agit de la deuxième cession en deux jours annoncée par Lagardère dans les médias après la vente à ce même groupe tchèque mardi de ses radios en République tchèque, Pologne, Slovaquie et Roumanie pour 73 millions d'euros. Le groupe du milliardaire Daniel Kretinsky, qui a fait fortune dans l'énergie, possède les titres de presse les plus importants du pays (Czech news Center), deux imprimeries (Czech Print Center) et un diffuseur-distributeur de presse. Le dirigeant est aussi patron du club de Football le Sparta Prague.

La transaction reste notamment soumise à la consultation des instances représentatives du personnel, a précisé Lagardère. Les syndicats de Lagardère Active doivent rencontrer le patron de la branche médias du groupe Denis Olivennes en fin de matinée, avant la tenue à 16h d'une assemblée générale avec les salariés. A la mi-mars les salariés avaient voté une motion de défiance "à l'unanimité" contre les directions de Lagardère Active et de Lagardère. Les représentants de salariés au comité de groupe avaient déploré le "démantèlement d'un groupe prestigieux" et la casse sociale.

La prochaine étape pour le groupe pourrait être la cession de chaînes de télévision, dont Gulli, selon plusieurs médias.
close

S’abonner à #La Lettre