La Scelf et le SNE répliquent à la SACD | Livres Hebdo

le 02.07.2015 à 10h11 (mis à jour le 02.07.2015 à 11h00) AUDIOVISUEL

La Scelf et le SNE répliquent à la SACD

Siège de la SACD

Un communiqué de presse commun à la Scelf et au Syndicat national de l'édition dénonce "les attaques de la SACD contre les adaptations audiovisuelles d’œuvres littéraires".

La Société civile des éditeurs de langue française (Scelf) et le Syndicat national de l'édition (SNE) répondent vivement, dans un communiqué commun diffusé jeudi 2 juillet, à la campagne menée par la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD) visant le succès des adaptations littéraires.
 
"Au moment où la défense et la promotion de la lecture sont unanimement reconnues comme l’un des enjeux majeurs de l’éducation des jeunes et qu’il est acquis que l’adaptation audiovisuelle est un facteur important d’accès aux œuvres littéraires, la SACD, mettant à profit sa position dominante sur le marché des droits de diffusion à la  télévision, s’est engagée dans  une campagne active pour réduire le nombre d’œuvres de l’écrit adaptées au cinéma et à la télévision, au nom de la défense des intérêts  de ses membres scénaristes et au détriment de ceux des auteurs de l’écrit", constatent la Scelf et le SNE en faisant allusion aux pressions exercées sur France Télévisions et le Centre national du cinéma (CNC) pour réduire la part des adaptations de livres dans les programmes audiovisuels pour la jeunesse.
 
"Dénigrement"
 
En jeu, dans cette bataille du partage des droits d’auteurs, la part versée à l’éditeur pour l’auteur de l’œuvre d’origine, et le montant des droits texte versés aux scénaristes qui se trouve alors amputé.
 
"Les éditeurs sont déterminés à entreprendre toutes actions nécessaires pour mettre un terme à cette campagne corporatiste de dénigrement de l’adaptation et  à défendre les auteurs de l’écrit, qui ne sauraient accepter que leur situation soit ainsi délibérément fragilisée", poursuit le communiqué.
close

S’abonner à #La Lettre