Polémique

La romancière Denise Bombardier charge Gabriel Matzneff

Denise Bombardier - Photo BÉNÉDICTE BROCARD/PLON

La romancière Denise Bombardier charge Gabriel Matzneff

La chroniqueuse pour Radio-Canada a déclaré que "tout le monde savait" que l’écrivain avait un penchant pour les enfants et a fait part de son soutien à Vanessa Springora.
 

J’achète l’article 1.50 €

Par Nicolas Turcev,
Créé le 27.12.2019 à 14h06,
Mis à jour le 27.12.2019 à 15h00

Dans son prochain livre Le consentement à paraître le 2 janvier chez Grasset, la directrice de Julliard, Vanessa Springora, raconte avoir été sous l’emprise, pendant l’adolescence, de l’écrivain Gabriel Matzneff. Elle accuse l'écrivain, aujourd'hui octogénaire d'avoir profité de sa position de pouvoir pour obtenir des faveurs sexuelles. La polémiste et romancière Denise Bombardier a estimé que "tout le monde savait" dans un entretien au quotidien québécois Le Devoir. Elle est l’une des rares figures du monde littéraire à avoir dénoncé les agissements de Matzneff, lors d’une émission d’Apostrophes diffusée le 2 mars 1990.
 
"Dans ses livres, c’était écrit. Il y racontait comment il sodomisait les enfants. Et elle, Vanessa, le raconte aussi," constate la chroniqueuse. Sur le plateau animé par Bernard Pivot, l’écrivaine, indignée par la déférence avec laquelle Matzneff était reçu, avait déclaré "moi, Monsieur Matzneff, il me semble pitoyable. On sait que les vieux messieurs attirent les enfants avec des bonbons ; Monsieur Matzneff les attire avec sa réputation."
 
"Je me demande encore comment j’ai fait, se demande Denise Bombardier. Derrière mon indignation, il y avait le plus grand des dégoûts. Il fallait que je sois très en contrôle de moi." L’auteure confie au Devoir avoir reçu de nombreuses insultes, y compris dans des chroniques d’opinion, dans les jours qui ont suivi la diffusion de l’émission. Les journaux se rangent alors massivement du côté de l'écrivain.

Le milieu littéraire se défend

Les années passent et Matzneff se retrouve progressivement mis au ban médiatique. Pourtant, en 2013, il reçoit le Renaudot de l’essai pour Séraphin, c’est la fin ! (La Table Ronde). "Ça dit qu’il y avait quelque chose de pourri dans le milieu littéraire, estime Denise Bombardier. C’étaient des clans, des renvois d’ascenseur. Du copinage." Puis de rajouter : "à ceux qui défendent la liberté d’opinion, moi, je dis que la littérature n’est pas un absolu".
 
Secoué par le scandale, accusé d’avoir protégé Gabriel Matzneff, le milieu littéraire tente de faire bonne figure, quand il n’absout pas complètement l’écrivain. Bernard Pivot, ancien présentateur d’Apostrophes, s’est justifié sur Twitter en arguant que « dans les années 70 et 80, la littérature passait avant la morale ; aujourd’hui, la morale passe avant la littérature. […] Nous sommes plus ou moins les produits intellectuels et moraux d’un pays et, surtout, d’une époque."
 
Indéfendable

L’écrivain Frédéric Beigbeder, jury du prix Renaudot et proche de Matzneff, prédit dans les colonnes du Monde qu’un "nouveau tribunal va se mettre en place, comme pour Polanski. C’est une époque qui en juge une autre, mais les temps ont changé… Tout le milieu littéraire a peur. C’est un auteur que j’aime beaucoup. Nous ne sommes ni flics ni juges, juste des personnes qui aiment la littérature. C’est triste si quelqu’un a souffert, c’est très triste… Mais quand on juge une œuvre d’art, il ne faut pas avoir de critères moraux. C’est terminé pour lui, il est devenu indéfendable." Puis de demander au journaliste : "Pourriez-vous écrire qu’il est mon ami et le restera quoi qu’il advienne."

"Derrière l'argument, toujours le même qu'on entend, que c'est un grand littérateur, un homme qui a une jolie plume, cet homme était d'abord un prédateur, a en revanche estimé la journaliste et écrivaine Françoise Laborde, qui a collaboré avec Denise Bombardier sur l'ouvrage Ne vous taisez-plus (Fayard, 2011). Dans un entretien à Franceinfo, elle juge "dommage qu'à l'époque, Matzneff ait été encensé par une sorte de caste parisienne qui trouvait que la pédophilie était une chose formidable."

Dans un message à L’Obs, Gabriel Matzneff a fait part de sa "tristesse" au sujet d’un "ouvrage hostile, méchant, dénigrant, destiné à [lui] nuire".

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités