La production en 2018 : toujours les hautes eaux | Livres Hebdo

Par Anne-Laure Walter, Fabrice Piault, le 22.02.2019 (mis à jour le 22.02.2019 à 10h41) Chiffres

La production en 2018 : toujours les hautes eaux

Fabrication d'un livre, imprimerie Bussière, Saint-Amand-Montrond. - Photo OLIVIER DION

Alors que la production de livres s'est stabilisée depuis quatre ans, l'impression de surproduction croît en raison de la dégradation des ventes. Une inquiétude qui traverse le monde du livre, à la recherche de solutions. _ par Anne-Laure Walter et Fabrice Piault

Lors des vœux du Syndicat national de l'édition, le 10 janvier, son président, Vincent Montagne, soulevait l'épineuse question du nombre de nouveautés en librairie, employant pour la première fois - un symbole - le terme de « surproduction ». Quelques jours plus tard, Xavier Moni, président du Syndicat de la librairie française évoquait à son tour « la surproduction [qui] n'est pas un indice de bo

Lire la suite (36 770 caractères)

S’abonner à livres Hebdo

Débloquez l’accès illimité aux articles et aux archives.

  • Classements et tableaux de bord
  • Meilleures ventes
  • Agenda événements
  • L’annuaire éditeurs & diffuseurs
  • Et plus encore...
je m’abonne

Acheter l’article [4,50€]

Il sera archivé et listé avec vos précédents achats depuis votre compte Livres Hebdo.

  • La version pdf et imprimable
  • L’accès aux documents annexes
  • L’archive disponible à vie
j’achète l’article

Sur les mêmes thèmes (1 articles)

close

S’abonner à #La Lettre