La ministre de la Culture Françoise Nyssen dessaisie du livre | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, Clarisse Normand, Isabel Contreras, avec afp, le 10.07.2018 à 17h24 (mis à jour le 11.07.2018 à 16h36) Politique

La ministre de la Culture Françoise Nyssen dessaisie du livre

Françoise Nyssen - Photo OLIVIER DION

La tutelle du CNL, la régulation économique du secteur de l'édition et tout ce qui implique Actes sud sont retirés des attributions de Françoise Nyssen, qui garde cependant le pilotage de la concertation sur la réforme du statut social des artistes auteurs.

Le gouvernement a retiré par décret à Françoise Nyssen, ex-patronne d'Actes Sud, la régulation économique du secteur de l'édition. Selon un décret publié mardi 10 juillet au Journal officiel, la ministre se voit retirer par le Premier ministre Edouard Philippe ses attributions concernant "la tutelle du Centre national du livre" et "la régulation économique du secteur de l'édition littéraire", et ne doit intervenir dans aucun dossier impliquant "la société Actes Sud". Ces attributions sont désormais "exercées par le Premier ministre", ajoute ce texte, précisant que ces décisions ont été prises "sur la proposition de la ministre de la Culture".

Selon son entourage, le retrait d'une partie de ses attributions concernant l'édition résulte d'une série d'échanges entre la ministre et la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, dont Françoise Nyssen a fini par solliciter un avis officiel, le 23 janvier dernier, plus de sept mois après sa nomination.

Réagissant auprès de l'AFP, la ministre de la culture a indiqué qu'elle "prenait acte" de cette décision. "Ce qui m'importe c'est de continuer à faire. Je suis là pour faire", a-t-elle ajouté. Contacté par Livres Hebdo, le service de communication d'Edouard Philippe n'a pas souhaité faire davantage de commentaires ou apporter d'autres précisions.

La ministre a précisé qu'elle continuait à piloter la concertation sur la réforme du statut social des artistes auteurs, après une première réunion qui s'est déroulée lundi. "Je suis vraiment à la manœuvre sur cette question qui est importante et me tient à cœur", a-t-elle assuré. La ministre garde aussi ses prérogatives sur les bibliothèques.

De son côté, Vincent Monadé, actuel président du Centre national du livre, ne veut pas commenter une décision gouvernementale. Il déclare à Livres Hebdo que, de toute façon, "le CNL est un outil au service des professionnels du livre et de la politique gouvernementale." 

Avant Françoise Nyssen, la ministre de la Santé Agnès Buzyn avait fait l'objet du même genre de mesure pour cause de conflit d'intérêt. Son mari, Yves Lévy, est le PDG sortant de l'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale), organisme placé sous la double tutelle des ministères de la Santé et de la Recherche. Un décret l'a déchargée de tout ce qui touche à l'Inserm, qui doit être géré par Matignon et le ministère de la Recherche.
close

S’abonner à #La Lettre