La librairie Grangier métamorphosée pour la venue de G. R. R. Martin | Livres Hebdo

Par Anne-Laure Walter, à Dijon, le 04.07.2014 à 17h58 (mis à jour le 04.07.2014 à 18h00) Fantasy

La librairie Grangier métamorphosée pour la venue de G. R. R. Martin

L’auteur du Trône de fer a dédicacé pendant près de 5 heures, jeudi 3 juillet, pour satisfaire le millier de fans venus à sa rencontre en Bourgogne.

Grégory Morel, libraire depuis cinq ans chez Grangier à Dijon, en rêvait et il l’a fait. C’est dans la capitale des ducs de Bourgogne, entièrement réaménagée pour l’occasion qu'il a réussi à faire venir, jeudi 3 juillet, George R. R. Martin, l’auteur du Trône de fer (Game of Thrones) qui dédicaçait son nouvel opus, L’œuf du dragon (Pygmalion).

L’écrivain, dont la dernière visite en France datait de 1993, a d’abord passé quelques jours à Paris pour faire du tourisme: visiter les catacombes, le château de Vincennes, le musée de Cluny et acheter des soldats de plombs qu’il collectionne. Puis, se rendant au Neuchâtel International Fantastic Film Festival, il a donc accepté de faire une halte à Dijon, pour son unique séance de dédicaces en France, ses éditeurs Pygmalion et J’ai lu ayant choisi de soutenir une belle librairie indépendante, Grangier, reprise fin 2012 par Simone Hisler.

Le premier fan est arrivé mercredi 2 juillet à 14 h devant Grangier et beaucoup ont dormi sous les fenêtres de la librairie, sur des capes en fourrures, accessoires indispensables pour tous amoureux de Westeros qui se préparent à la venue de l'hiver. Sous un soleil de plomb mais dans une ambiance très bon enfant, entre 1500 et 2000 personnes souvent vêtues d’armures ou de costumes médiévaux, se sont massées aux abords de la librairie. Des combats de chevaliers, danses médiévales et des violonistes jouant le thème de la série télévisée leur ont permis de passer le temps.

Cela fait deux ans que Grégory Morel essaie de faire venir George R. R. Martin, lisant toutes les interviews de l’auteur, préparant ses arguments. Une pugnacité qui a payé. Alors pour ce grand jour, il a vu les choses en grand. La mairie de Dijon l’a soutenu en bloquant les rues adjacentes à la librairie et en déviant les bus. Pygmalion et J’ai lu avaient préparé le programme de l’écrivain, calé ses visites et les interviews qui se sont enchaînés le matin dans la salle des tombeaux du Palais des ducs.

Grégory Morel n’a pas hésité à scénariser l’arrivée de George R. R. Martin, et, à 13h45, sous les hourras de la foule, c’est un jovial monsieur à la barbe blanche et aux allures de marin pêcheur, qui a remonté la rue en face de la librairie, encadré par des cavaliers masqués. Il est ensuite passé sous une haie d’honneur constituée par les membres de l’association la Garde de Nuit, épées levées.

L’écrivain, visiblement ému, s’est installé sur un trône au premier étage de la librairie qui avait été aménagé par Grégory Morel pour l’occasion avec un tableau, des tentures, un feu de bois et même une corneille empaillée à trois yeux, un “clin d'œil” à la vision du jeune Bran Stark dans la série. Les lecteurs ont pu échanger quelques mots avec l’auteur à l’humeur joyeuse. Au bout des quatre heures de dédicaces, comme 500 personnes restaient toujours à attendre, George R. R. Martin a joué les prolongations et continué une heure de plus.

Avant de reprendre son train pour la Suisse, ce fin connaisseur du Moyen-Age a eu le temps de visiter le musée des Beaux-arts de Dijon pour voir le crâne fendu de Jean sans Peur et a fait un crochet par la bibliothèque municipale pour découvrir une sélection de manuscrits rares en lien avec les thématiques du Trône de fer. Mais l’homme est pressé, son agenda est rempli jusqu'en 2017 et la suite de son cycle A Song of Ice and Fire plus qu’attendue par ses lecteurs.
close

S’abonner à #La Lettre