La journaliste Sandra Muller condamnée pour diffamation | Livres Hebdo

Par Alexiane Guchereau, le 25.09.2019 à 17h59 (mis à jour le 25.09.2019 à 20h59) Condamnation

La journaliste Sandra Muller condamnée pour diffamation

Sandra Muller

L'auteure de #Balancetonporc, publié chez Flammarion en 2018, a été condamnée le 25 septembre à 15000 euros de dommages et intérêts pour avoir diffamé Eric Brion, qu'elle accusait de harcèlement en 2017.

Sandra Muller, auteure de #Balancetonporc (Flammarion, 2018) a été condamnée le 25 septembre à 15000 euros de dommages et intérêts par le tribunal de Paris. La journaliste a été reconnue coupable de diffamation envers Eric Brion, qu'elle avait nommé dans un tweet en réponse à son appel initial.


Son avocat, Me Francis Szpiner a expliqué que le tribunal a estimé que la diffamation envers Eric Brion était "constituée". Sandra Muller "l'accuse implicitement de harcèlement, ce qu'il a fait est une "proposition sexuelle graveleuse" mais n'est pas juridiquement du harcèlement". Le conseil de Sandra Muller a annoncé faire appel de la décision du tribunal.

Près d'un an après avoir posté le message dans lequel elle invitait les femmes à "balancer leur porc", retweeté dans plus de 85 pays, la journaliste a publié chez Flammarion le récit de la naissance de ce mouvement dans un livre au nom du mouvement, sous-titré "La peur doit changer de camp".

En octobre 2017, en pleine affaire Weinstein, elle dénonce un patron de chaîne de télévision française qui l'a humiliée et agressée verbalement lors d'un congrès professionnel. Dans les mois qui suivent, #balancetonporc trouve un écho auprès de milliers de femmes. La journaliste revient sur ce phénomène et s'interroge sur les moyens de lutter contre le harcèlement et de protéger les victimes.

Sur les mêmes thèmes (1 article)

close

S’abonner à #La Lettre