Koober vend des résumés de livres de non-fiction | Livres Hebdo

Par Hervé Hugueny, le 04.09.2015 à 11h27 (mis à jour le 04.09.2015 à 14h00) - 1 commentaire Innovation

Koober vend des résumés de livres de non-fiction

Photo KOOBER

Pour 2 euros, la société propose des synthèses d'une dizaine de feuillets, pour ceux qui "ont besoin de lire mais manquent de temps".

Invoquant la "crise structurelle du marché de l'édition" trois entrepreneurs ont imaginé de le "dynamiser […] en proposant de vendre pour 2 euros des résumés de livres de non-fiction, qui permettront de prendre connaissance de l'essentiel du contenu de ces ouvrages en moins de 30 minutes" expliquent les fondateurs dans un communiqué daté du 2 septembre.
 
Quelque 200 de ces résumés de 10 à 12 feuillets sont déjà disponibles sur Koober.com, "une plateforme innovante qui répond au manque de temps et au budget limité des lecteurs". On peut y trouver entre autres D'où viennent les bonnes idées (Steven Johnson, Riverhead books, non traduit), Le Gène égoïste (Richard Dawkins, Nicolas Jones-Gorlin, Odile Jacob), ou encore Le cygne noir: La puissance de l'imprévisible (Nassim Nicholas Taleb, Belles Lettres), qui ne sont pas forcément des nouveautés.
 
Ces résumés sont produits par tous ceux qui peuvent s'en sentir capables, en éprouvent l'envie, ou ont besoin de revenus. "Nous participons à l'ubérisation de l'économie" reconnaît Alexandre Bruneau, un des cofondateurs, en référence à la société Uber qui transforme tous les propriétaires de voiture en taxis potentiels.
 
"Les auteurs signent un contrat d'édition, sont seuls responsables d'éventuels plagiats et perçoivent 50% des revenus" explique-t-il. Les textes sont chargés directement sur le site. Pendant la période de lancement, ces synthèses sont relues avant publication, "car la qualité est la pierre angulaire de notre projet", mais le filtre sera ensuite assuré par les notes des lecteurs. Pour le moment, les nouveaux résumés sont gratuits, jusqu'à l'obtention d'une note moyenne de 3/5.
 
"On ne cannibalise pas le livre, nous sommes un accompagnement, une aide à la décision de l'achat de livres, nous renvoyons d'ailleurs vers des sites d'achat" justifie Alexandre Bruneau, ancien analyste financier qui a travaillé aussi dans la publicité chez Young & Rubicam. Amazon est le seul lien proposé, qui permet à Koober de recevoir 10% des éventuelles ventes de livres réalisées "mais il y aura d'autres partenaires" assure le cofondateur.
 
Les éditeurs et les auteurs ne perçoivent rien. "Le droit de citation prévoit aussi l'analyse, donc le résumé d'un ouvrage, qui ne doit toutefois pas viser à se substituer à l'achat du livre chroniqué" souligne à Livres Hebdo Emmanuel Pierrat, avocat spécialiste de la propriété intellectuelle. Le lien d'achat vers Amazon apparaît donc comme un gage de bonne foi.
 
Kooblit, la société formée pour la circonstance, emploie déjà trois salariés et deux stagiaires. "Nous venons de réaliser une augmentation de capital de 200 000 euros avec des business angels. Mais cette levée sera dépensée très rapidement, il faut donc préempter le marché au plus vite" anticipe Alexandre Bruneau.

L'opération valorise cette société tout juste lancée à 1,2 million d'euros. Alexandre Bruneau en est le principal actionnaire, avec Alexandre Mulliez, de la famille fondatrice du groupe Auchan, et Guillaume Lacroix.

Article lié (1)

Commentaire récent

“ Le droit de citation autorise-t-il à vendre un par un des résumés (de 10 pages !) de livres ? Je suis choquée par ce procédé. ” Mag à l'eau il y a 4 ans à 20 h 01
close

S’abonner à #La Lettre