Joann Sfar : "L’idée était de confiner Aspirine avec sa sœur" | Livres Hebdo

Par Alexiane Guchereau, le 23.03.2020 à 17h11 (mis à jour le 23.03.2020 à 18h00) Confinement

Joann Sfar : "L’idée était de confiner Aspirine avec sa sœur"

Les croquis de Joann Sfar sur Instagram - Photo JOANN SFAR

Depuis le début de la période du confinement, le dessinateur publie une case par jour des aventures d’Aspirine dans sa vie de confinée, avec sa sœur Josacyne. 

Livres Hebdo : Comment vous est venue l’idée de publier sur Instagram des aventures d’Aspirine ?

Joann Sfar : La vraie initiative a été de suggérer à mes élèves de l'ENSBA de dessiner leur quotidien, afin de maintenir la cohésion de l'atelier pendant cette période. Le dessin et l'écriture, c'est une hygiène quotidienne. Allez voir leur compte Instagram, c'est un témoignage rhapsode qui emprunte à la fois au littéraire, au pictural et au graphisme. Et, au même moment, je devais commencer à dessiner le troisième tome des aventures d'Aspirine.

L'album était déjà très avancé dans son écriture. Cela devait être la suite directe du tome 2: des dieux cosmiques qui menacent le monde, Aspirine et sa bande de monstres qui font de leur mieux pour sauver la situation... Puis on m'a dit qu'il n'y aurait personne chez les éditeurs ou chez les imprimeurs pour scanner mes pages, tout est à l'arrêt. Alors j'ai commencé autre chose. Plutôt que de montrer Aspirine qui se bat contre des dieux du cosmos, je l'ai mise face à l'épreuve la plus difficile pour une ado rebelle qui a des soucis relationnels avec sa grande sœur: le confinement AVEC sa sœur. Et j'ai décidé de mettre les cases au fur et à mesure sur Instagram.

Les lecteurs peuvent-ils s'identifier à Aspirine, selon vous ? 

Je ne crois pas un instant les gens qui expliquent que certains sujets ne se prêtent pas au romanesque, ou qu'il serait interdit d'écrire au milieu d'un drame. Je crois que le romanesque nous sauve de tout, à condition qu'on ne s'en serve pas pour expliquer la vie à ses lecteurs. Aspirine est paumée au milieu de cette période. Elle ne sait pas quoi faire. Elle n'a de solution à rien. Et ça me fait du bien de raconter ses errances fictives dans notre monde bien réel. Ce n'est pas de l'autofiction. C'est Aspirine qui continue ses aventures, malgré le vrai monde qui nous désespère. Je crois que mes personnages existent. Tout tient à ça. Face à cette crise, Aspirine n'est pas plus avancée que moi ou que n'importe qui, elle ne trouve de sens à rien. J'ai besoin de raconter des personnages perdus, comme nous. Ce personnage n'a aucun message à transmettre. Elle traverse ça comme elle peut, et sa phrase favorite, c'est "ta gueule!".

Où en est l'adaptation cinématographique d'Aspirine ? 

Oui, le film Aspirine est écrit! Le scénario a été créé avec Marion Festraëts, les effets spéciaux seront réalisés par le studio DDT, qui a fait tous les films de Guillermo del Toro et qui avait fabriqué les marionnettes de mon Gainsbourg. C'est produit par Black Dynamite et Mediawan Rights. La quarantaine a mis un coup d'arrêt à nos rendez-vous de financement et de préparation, et toute l'équipe n'attend qu'une chose: s'y remettre!
close

S’abonner à #La Lettre