Voyage

Guides touristiques : à fond la France

Le Pont du Gard - Photo VINCY THOMAS.

Guides touristiques : à fond la France

Fortement fragilisés par l’arrêt des déplacements et la fermeture des librairies, les éditeurs de guides de voyages s’adaptent en bouleversant leurs calendriers de parutions et en recentrant leurs productions sur la destination France. 

J’achète l’article 1.50 €

Par Pierre Georges,
Créé le 11.05.2020 à 11h16,
Mis à jour le 11.05.2020 à 16h49

Entre librairies fermées et avions cloués au sol, le secteur des guides touristiques, doublement impacté par l’épidémie de Covid-19, cherche à se réorganiser au plus vite. Alors que le gouvernement a formellement exclu les déplacements longue distance cet été et que le tourisme mondial pourrait chuter de 60 à 80% cette année, c’est logiquement vers la France que les éditeurs se tournent. 

« Nous faisons le pari de nous focaliser à 100% sur la France, il faut aller de l’avant et réinvestir tout de suite les voyages, permettre au secteur de reprendre dès que les bars et les restaurants auront ouvert », lance, optimiste, Gavin’s Clemente Ruiz, secrétaire général au Guide du Routard. 
 
Remettre la France à jour 

Les leaders de l’édition de guides de voyages mettent les bouchées double pour réactualiser au plus vite leurs guides des régions hexagonales. Le challenger Lonely Planet, dont la licence française est pilotée par le groupe Editis, ouvrira le bal dès le mois de juin avec Mille idées de vacances en France, qui proposera « coins de campagnes restés secrets », « itinéraires sans voiture » ou « lacs où se poser loin des foules ». « Nous avons modifié en catastrophe dates de parutions, contenus, prix et tirages pour pouvoir arriver début juin », résume Frédérique Sarfaty, à la tête de l’éditeur qui a mis en place ces dernières années une collection "Explorer la région" (représentant d'ordinaire 15% de ses ventes totales). Avant l’été, paraîtront aussi 500 ballades à vélo en France et Sur la route des régions de France, puis, à la rentrée, viendront Voyage 0 carbone (ou presque), L’Europe à vélo et Ou partir quand en Europe. Les titres monde ont eux été repoussés à 2021. 

« L’enjeu, c’est d’être à jour, pour être le plus crédible possible. C’est le nerf de la guerre », confirme de son côté Gavin’s Clemente Ruiz au Guide du Routard, leader des ventes de guides de voyages. Pour lui, la France représentera cet été l’essentiel des ventes de la filiale du groupe Hachette, contre 30% d’ordinaire. La cinquantaine d’auteurs qu’emploient le guide fondé par Philipe Gloaguen passeront les prochains mois à remettre à jour la quarantaine de titres France, en laissant tomber pour l’instant l’international. Les Routards réactualisés sont attendus pour la rentrée. D’ici là, des beaux livres comme Road trip en France et La France de Stéphane Bern, ou une nouvelle rubrique « Osez le pas de côté » seront mis en avant. 
 
Road trips et distanciation sociale

Du côté de l’autre leader du secteur qu’est Michelin et ses guides verts, le choix a été fait de redimensionner la production, normalement tournée aux deux tiers vers l’international. Sur les 170 ouvrages qui devaient paraître entre octobre 2020 et avril 2021, environ 40% verront leur sortie décalée au second semestre 2021 voir à 2022, essentiellement des guides concernant le long-courrier. « Nos équipes ont été mobilisées pendant le confinement pour assurer les guides de l’automne et de l’année 2021. Nous avons formulé de nouvelles hypothèses de ventes, en tablant sur une reprise lente et en ciblant la France, qui est le cœur de Michelin depuis 1926 », rassure Philippe Orain, directeur des guides Michelin. 

Avant de voir apparaître les nouvelles éditions des 38 guides verts France, les titres dont les parutions étaient prévues au premier trimestre 2020 seront mis en avant dès le déconfinement et la réouverture des librairies. Ce sera le cas d’Un week-end en van, ou des nouveaux "Guides verts" Charentes, Poitou, Drôme-Ardèche et Grands sites d’Occitanie. « L’idée est de promouvoir les richesses de la destination France en redoublant d’imagination. Nous voulons revenir à l’essentiel et inciter à la découverte du terroir et des produits français dans un contexte de distanciation sociale », résume Philippe Orain.
 
Et ensuite ? 

Dans un secteur déjà ultra-concentré, ce redéploiement général sur la destination France n’inquiètent pas les trois marques principales du marché. Aucune n’a mis en place du chômage partiel ni envisagé de licenciements. « En temps de crise, le public se rabat sur les titres connus. La profondeur de notre offre, notre position de leader et le soutien du groupe Hachette nous permettent d’être confiants », d’après Gavin’s Clemente Ruiz au Routard, qui lancera prochainement un ambitieux plan média régional et national. Même son de cloche optimiste chez Lonely Planet, et chez Michelin.

Tous, après la déferlante de titres tricolores, prévoient de sortir des guides européens pour l’automne, puis des guides mondes pour 2021 au mieux, en pariant sur une reprise très progressive de l’industrie du voyage. « Il faut continuer à donner du rêve aux voyageurs », conclut Philippe Orain chez Michelin, qui pour palier l’arrêt total des ventes depuis mars a mis en ligne des guides de télévoyages gratuits. Tout comme Lonely Planet et son 500 façons de voyager dans son canapé. « En attendant des jours meilleurs, nous sommes chaud-bouillants et n’avons qu’une hâte : reprendre nos sacs à dos ! », ajoute le secrétaire général du Routard. 





Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités