Entretien

François David: la Foire de Brive sera "résistante"

François David, commissaire général de la Foire du livre de Brive - Photo FAITS ET GESTES

François David: la Foire de Brive sera "résistante"

La 39e édition de la Foire du livre de Brive s'adapte à la crise sanitaire. Entretien avec François David, commissaire général de l'évènement depuis 2018.

J’achète l’article 1.50 €

Par Dahlia Girgis,
Créé le 11.09.2020 à 16h27,
Mis à jour le 11.09.2020 à 17h00

La 39ème édition de la Foire du livre de Brive, prévue le 6, 7 et 8 novembre, se tiendra dans de nouvelles conditions en raison de la crise sanitaire. L'évènement, qui se tient tous les ans dans les premiers jours de novembre dans la ville de Brive-la-Gaillarde en Nouvelle-Aquitaine, est considéré comme l'un des plus importants évènements littéraires en France. François David, commissaire général de la Foire du livre de Brive depuis 2018, explique à Livres Hebdo cette édition "réinventée".

Comment s'organise la Foire du livre de Brive dans ce contexte de crise sanitaire ?

C'est très simple : ne pas l'organiser c'était impossible, la faire comme les années précédentes c'était également impossible. On a cherché une troisième voie pour montrer notre solidarité à la chaîne du livre et à tous les acteurs de cette foire. On a fait une formule mixte, une foire de la résistance et de l'espérance.

En premier lieu, c'est une foire de résistance car on ne se rend pas. La facilité aurait été de ne rien faire mais on a mis en place des rencontres littéraires suivies de dédicaces. Ensuite, ce sera une foire de l'espérance, car dès février 2021, il y aura, chaque mois, des rencontres littéraires avec des week-end thématiques ( jeunesse, sciences humaines, littérature régionale ou encore la BD). Un grand week-end de conclusion de la foire se tiendra au mois de juillet, évènement qui fera le pont avec la 40e édition de la foire 2021. On espère que pour cette édition anniversaire, il n'y aura pas d'épée de Damoclès sur nous.

Le Train du livre et le rassemblement au hall Brassens sont annulés, quelle est l'ambiance attendue ?

Rien n'a été épargné, l'année sera ce que nous en ferons. S'il n' y a que 30 ou 40 auteurs, l'ambiance sera plus intimiste. La convivialité briviste sera là. C'est la ville de Brive qui invite les auteurs et qui les accueille dans les différentes salles. Pour l'instant, il y aura 5 salles. C'est un miracle que cette petite ville organise un tel évènement. L'année précédente, la Foire a généré 820000 euros de ventes. Nous n'aurons pas ces chiffres cette année, mais nous ne sommes pas résignés pour autant.

Je prends la crise sanitaire positivement. Elle nous a permis d'avoir de nouvelles idées. C'est le cas des cinq week-ends thématiques dont j'ai parlé. Mais on travaille sans filet. Qui dit que dans 3 semaines les mesures sanitaires n'auront pas changées ?

Les lauréats de certains prix littéraires seront connus après le début de la Foire, pourquoi ne pas avoir décalé l'évènement ?

On aura toute l'année pour les recevoir. Ce n'est pas la première fois, c'est déjà arrivé dans des éditions précédentes... On a réfléchi à une vraie exposition littéraire de la Foire de Brive pour ne pas en faire qu'un week-end de fête et de ventes de livres. Et puis, c'est aussi un lieu de débat, qui vivra toute l'année.

Comment vous sentez-vous pour cette édition spéciale ?

Je suis très marqué par la Résistance, j'ai beaucoup travaillé et écrit dessus. On veut montrer que la vie continue avec ce week-end, on écoutera, observera, mais surtout, on y va !

 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités