France Culture transforme sa revue « Papiers » | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 15.06.2017 à 17h30 (mis à jour le 15.06.2017 à 18h00) Médias

France Culture transforme sa revue « Papiers »

La nouvelle formule de "Papiers" de France Culture - Photo OLIVIER DION

A la conquête de nouveaux lecteurs, la nouvelle formule sera en vente en librairies et kiosques le 22 juin.
 

France Culture papiers devient Papiers à compter du 21e numéro, qui sera diffusé en kiosques et en librairies le 22 juin. La revue fondée en 2012 par Olivier Poivre d’Arvor, et qui reflétait la grille de la radio publique, se transforme en véritable revue culturelle, coéditée avec les éditions Exils et distribuée par la Sodis. Ce trimestriel sera vendu 15,90 euros et disponible également sur abonnement.
 
Si la revue semble plus légère, en poids, elle n’en est pas moins dense éditorialement, avec une maquette plus visuelle (la photographie prend plus de place) et plus aérée. Serge Schick, directeur délégué au marketing stratégique et au développement de Radio France, a rappelé ce matin, lors de la conférence de presse de l’été de France Culture, les objectifs de cette refonte : "L’objectif est de conquérir de nouveaux publics". Papiers vise à la fois les fidèles de l’antenne dirigée par Sandrine Treiner et ceux qui ne connaissent pas ou peu les émissions de la chaîne.
 
Serge Schick explique à Livres Hebdo qu’il s’agit de "recentrer la revue sur les grands axes de France Culture : idées, savoirs, créations". Outre ces trois thèmes déclinés en une dizaine de textes, un dossier central thématique, "Le vrai, le faux et le presque vrai" pour ce nouveau numéro, permet de décrypter un enjeu contemporain.

Dans la logique des podcasts
 
"Nous souhaitons avec Sandrine Treiner un objet de découvertes", confie-t-il. Papiers s’inscrit davantage dans la logique des podcasts, sans les contraintes horaires d’une grille de radio, tout en créant un patrimoine à partir du flux radiophonique et en élargissant l’audience.
 
On retrouve ainsi la masterclasse de Denis Podalydès qui sera diffusée cet été sur les ondes, mais aussi un dictionnaire intime de Leïla Slimani ou encore une enquête sur Elena Ferrante. C’est un mix éclectique entre des retranscriptions d’émissions, des articles créés pour la revue (l’actualité du trimestre, les préconisations culturelles des producteurs de France Culture, un portfolio, etc.) ou même un entretien avec l’auteur Alain Damasio, qui offre un extrait inédit de son roman à paraître l’an prochain, Les furtifs. L’ambition, selon Philippe Thureau-Dangin, directeur des éditions Exils et rédacteur en chef de Papiers, est "de confronter les conversations, les dialogues de France Culture avec d’autres interventions et d’autres textes".  
 
Jusqu’ici l’antenne dictait le chemin de fer. Dorénavant un comité éditorial spécifique se réunit sous l’impulsion de Sandrine Treiner et Philippe Thureau-Dangin et associe les producteurs de la chaîne et les Éditions Radio France, afin de déterminer le contenu de la revue.
 
Cette métamorphose s’inscrit dans un immense chantier de développement, où la lecture et l’écrit ont toute leur place. Cela accompagne finalement le changement de slogan. De "France Culture, c’est pour vous !", la radio a modifié au printemps sa devise : "France Culture, l’esprit d’ouverture".
 
close

S’abonner à #La Lettre