Edition : 5 infos à retenir du rapport d'activité 2015 du CNL (1/3) | Livres Hebdo

Par Marine Durand, le 27.07.2016 à 20h18 (mis à jour le 27.07.2016 à 21h00) Bilan

Edition : 5 infos à retenir du rapport d'activité 2015 du CNL (1/3)

L'hôtel d'Avejan, siège du CNL - Photo PHOTO OLIVIER DION

Sur son site, le Centre national du livre a rendu disponible au téléchargement son rapport d'activité 2015, qui fait le point sur son budget et l'ensemble de ses actions. Livres Hebdo récapitule ce qu'il faut en retenir concernant l'édition, les librairies et les bibliothèques.

En 2015, le Centre national du livre (CNL) a distribué 2413 aides tous secteurs confondus, pour un montant total de 26,3 million d'euros. C'est moins qu'en 2014, en volume (-11%) mais aussi en valeur (-12,6%), comme l'indique le rapport d'activité 2015 de l'organisme, rendu disponible au téléchargement sur son site et joint à cet article.

"Cette tendance témoigne d'une volonté de l'établissement de renforcer sa sélectivité et d'opérer des choix, tant pour répondre aux contraintes budgétaires qui s'imposent à lui, que pour aider de manière véritablement significative les projets de qualité", justifie le rapport d'activité, qui fait état des aides allouées par le CNL, mais aussi de ses missions et de ses moyens. Voici ce qu'il faut en retenir sur le secteur de l'édition.

Répartition des aides du CNL en 2015 par secteurs
1. Une majorité d'aides vont à l'édition

Avec 1094 aides reçues en 2015 pour un montant total de 7,75 millions d'euros les éditeurs sont, comme les années précédentes, les "premiers bénéficiaires du soutien du CNL", indique le rapport. Viennent ensuite les bibliothèques, les activités littéraires, les librairies et les auteurs et traducteurs.

2. Des aides en baisse... et des demandes en baisse

Bien que l'édition reste le premier secteur soutenu par le CNL, l'organisme a revu ses aides à la baisse par rapport à 2014. "En 2015, 1094 aides ont été attribuées aux éditeurs pour un montant total de 7,75 milllions d'euros, soit une baisse de près de 13% en volume et de 10% en valeur par rapport à 2014", indique le CNL, qui met cette diminution des aides en perspective en précisant que "les demandes d'aides ont été, elles aussi, en recul de 8%".

3. Un dispositif de soutien réformé

Si le nouveau dispositif de soutien aux manifestations littéraires est celui qui a le plus fait parler de lui, la réforme des subventions initiée par Vincent Monadé, le président du CNL, touche également l'édition. Ainsi, dans son rapport, l'organisme rappelle que depuis 2015 les aides ne peuvent être inférieures à 500 euros ni dépasser 21 000 euros, qu'elles sont conditionnées par la présentation des contrats avec les auteurs et les traducteurs, ces derniers ne pouvant être rémunérés moins de 21 euros le feuillet, et que les pures players, ou "projets d'édition numérique natifs", peuvent désormais bénéficier des aides.

Répartition des aides du CNL en 2015 par domaine éditorial
4. Les sciences humaines, la poésie et les arts plus soutenus

Tous les secteurs éditoriaux ne bénéficient pas de façon égale des aides du CNL. Son panorama des aides par domaine éditorial,  montre qu'il "aide plus les domaines "Histoire, sciences humaines et sociales, philosopie", "poésie, théâtre", et "arts", que ce qu'ils représentent au sein du chiffre d'affaires de l'édition française". A l'inverse, les domaines "littérature", "bande-dessinée", "jeunesse" et "littérature scientifique", représentant une part plus importante du CA de l'édition, sont des secteurs moins aidés, le CNL se concentant notamment sur "des projets exigeants, de qualité, contribuant véritablement à la diverité de l'offre éditoriale" en BD et jeunesse.

5. L'Ile-de-France monopolise les subventions

Le rapport d'activité du CNL fait le point sur la répartition géographique de ses aides, et dans tous les secteurs sans surprise, l'Ile-de-France ressort comme la grande bénéficiaire. La région a reçu en 2015 679 aides à l'édition pour un montant de 3,1 millions d'euros. A titre de comparaison, la région Paca en a reçu 54, la Bourgogne 6 et la Polynésie française, la Guyane, Mayotte ou la Martinique aucune.

close

S’abonner à #La Lettre