Librairie

Deux nouvelles opérations de financement participatif en Rhône-Alpes

La campagne de soutien annoncée dans la vitrien de Ma Petite librairie - Photo DR - MA PETITE LIBRAIRIE

Deux nouvelles opérations de financement participatif en Rhône-Alpes

Ma Petite librairie, à Bourgoin-Jallieu, demande 30000 euros alors que Colophon, libraire et musée de l’imprimerie de Grignan, a besoin de 17000 euros pour se renflouer.

J’achète l’article 1.50 €

Par Cécile Charonnat,
Créé le 15.12.2015 à 10h37,
Mis à jour le 15.12.2015 à 12h00

Après A Titre d’aile à Lyon et Chemain à Voiron, deux autres librairies de la région Rhône-Alpes font appel au financement participatif pour pallier des difficultés économiques.
 
A Bourgoin-Jallieu, Esther Duclercq et Marie-Laure Ndoye, fondatrices il y a quatre ans de Ma Petite librairie, ont lancé officiellement le 8 décembre leur collecte en réunissant une vingtaine de clients dans leur magasin.
 
Traînant depuis l’ouverture une trésorerie tendue en raison "d’une mise de départ et d’un emprunt trop justes", reconnaît Esther Duclercq, les deux libraires se sont retrouvées en réelles difficultés en juin après le refus de leur banque d’augmenter leur découvert autorisé, pourtant garanti par l’Ifcic.
 
Accompagnées d’une poignée de clients, elles ont d’abord imaginé diverses solutions avant de se diriger vers le crowdfunding. Réticentes sur le principe, elles ont été convaincues par la formule grâce notamment à une réunion d’information organisée début novembre par l’Arald, l’agence régionale du livre.
 

Alors qu’elles demandent 30000 euros, afin de sauver l’un des deux emplois, 50000 euros "permettraient réellement de voir l’avenir sereinement et d’assurer nos deux postes", indique Esther Duclercq, émue des premières manifestations de soutien déclenchées par la collecte, qui court sur la plateforme Ulule jusqu’au 28 janvier.
 
Plus au sud, dans la Drôme, Colophon, la librairie-musée-atelier d’imprimerie et maison d’édition s’est engagée dans la même démarche sur la même plateforme. En butte à une année 2014-2015 pauvre en recettes, la structure associative est menacée de fermeture à court terme et demande 17000 euros afin de passer l’hiver. Lancée concomitamment à celui de Ma Petite librairie, la collecte a déjà atteint 65% de son objectif.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités