Des écrivains et des organisations se fédèrent dans une Ligue des auteurs professionnels | Livres Hebdo

Par Hervé Hugueny, le 06.09.2018 à 18h33 (mis à jour le 07.09.2018 à 08h05) AUTEURS

Des écrivains et des organisations se fédèrent dans une Ligue des auteurs professionnels

La Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse, les États Généraux de la bande dessinée, et une trentaine d’écrivains de tous horizons ont créé La ligue des auteurs professionnels.

« Ce jeudi 6 septembre 2018 se sont réunis, dans la maison où vécut Balzac, des auteurs de tous les horizons : littérature générale, littérature jeunesse, bande dessinée, polar, romance… » pour créer la Ligue des auteurs professionnels, annonce un communiqué précisant que l’organisation « est née sous l’impulsion de la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse et des États Généraux de la bande dessinée » et de trente écrivains, scénaristes et dessinateurs de BD, etc. (1)
 
L’objectif est de « sauvegarder le métier et améliorer les conditions de création de tous les auteurs : protection sociale, rémunération, renforcement du droit d’auteur, encadrement par le code du travail, rééquilibrage du rapport auteur/éditeur… », ajoute le texte.  « Depuis plusieurs années, les organisations d’auteurs tirent la sonnette d’alarme : la situation des auteurs du livre se dégrade en France. Les études se multiplient, montrant qu’entre 41% et 53% des professionnels gagnent moins que le SMIC et que leurs revenus continuent de baisser, en particulier pour les plus jeunes. Lors des États Généraux du Livre, les incompréhensions entre les auteurs et les pouvoirs publics sont devenues évidentes », regrettent les fondateurs de la Ligue.

Sauver un métier
 
« Il est urgent de construire les changements qui permettront de sauver un métier en grand danger. La création d’un livre peut se faire avec des investissements limités, ce qui permet de prendre beaucoup de risques créatifs. Cela fait de l’édition le laboratoire de recherche et de développement de toutes les autres industries culturelles, audiovisuelles et ludiques plus coûteuses. Rien que pour cela, et parce qu’une économie entière repose sur la richesse de la création littéraire, il est essentiel de protéger ceux qui écrivent, dessinent et traduisent les livres », insiste le communiqué.
 
Rappelant l’ouverture d’une mission sur l’avenir du statut des auteurs, la Ligue annonce qu’elle proposera « très bientôt sur son site un constat de la situation et différentes hypothèses de statut pour les auteurs, explorant les points positifs et négatifs de chacune » et prévient qu’elle considère que « l’État et les éditeurs seront prêts à s’engager fortement dans une réforme protégeant la création française dans sa diversité ». Elle invite enfin « tous les auteurs et les organisations d’auteurs à la rejoindre pour enfin créer un statut de l’auteur professionnel ».
  • (1) Dans l’ordre de citation : Joann Sfar, Tatiana de Rosnay, Marie-Aude Murail, Agnès Ledig, Virginie Grimaldi, Erik L’homme, Denis Bajram, Samantha Bailly, Benoit Peeters, Gaëlle Nohant, Maliki, Delphine Bertholon, Cy, Valérie Mangin, Christophe Arleston, Xavier Dorison, Sophie Adriansen, Aurélie Neyret, Mathou, Nicolas Digard, Audrey Alwett, Michel Robert, Léa Frédeval, Marie Spénale, Joris Chamblain, Sophie Dieuaide, Guillaume Nail, Alexis Sentenac, Adrien Thomas, Baptiste Beaulieu

Sur les mêmes thèmes (1 articles)

close

S’abonner à #La Lettre