De beaux rêves intérieurs au cinéma | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 26.09.2017 à 15h59 (mis à jour le 26.09.2017 à 16h15) Adaptations

De beaux rêves intérieurs au cinéma

Pierre Richard et Sacha Pinault dans Le Petit Spirou - Photo LA BELLE COMPANY, APOLLO FILMS

Un enfant qui préfère être aventurier que groom dans Le Petit Spirou, une jeune femme qui aspire à se détacher de son père dans Un château de verre, un philosophe et journaliste qui va vouloir refaire le monde dans Le jeune Karl Marx et Christine Angot qui imagine une femme rêvant d'un homme idéal dans Un beau soleil intérieur: ce sont les films en salles le 27 septembre.

En attendant Les aventures de Spirou et Fantasio, au cinéma le 21 février 2018, Le petit Spirou débarque sur les écrans français le 27 septembre. Dans la tradition des films familiaux récents (Le petit Nicolas, Les enfants de Timbelbach), le film de Nicolas Bary associe consensuellement un univers jeunesse avec un récit d'aventures où une série de gamins sortis de La guerre des boutons ou de L'élève Ducobu se confrontent à des adultes plus proches de ceux des Profs. On y croise un fabuleux Pierre Richard mais aussi Natacha Régnier, François Damiens, Armelle, Gwendolyn Gouvernec et Philippe Katerine.
 


Dupuis a publié les 17 albums de la série, traduits en 12 langues, en plus d'un hors-série et de 7 albums "compilations". Créée en 1983 par Tome & Janry, la jeunesse du groom le plus célèbre de la BD, et rival de Tintin, a mis longtemps à s'émanciper. A l'origine, il ne s'agissait que d'une simple aventure de Spirou & Fantasio. Le premier gag de la série officielle n'est paru qu'en 1987 et le premier album, Dis bonjour à la dame, n'a été édité qu'en 1990.

10 millions d'exemplaires plus tard, la série s'est installée. A l'occasion de la sortie du film, Dupuis publie La BD du film tandis que Fleurus a sorti 1000 blagues avec Le petit Spirou, de Sandra Lebrun et Loïc Audrain. De son côté, Hachette jeunesse, en "Bibliothèque rose" a demandé à Christine Féret-Fleury une novélisation pour Le roman du film.
 

Les autres sorties en salles du 27 septembre 2017

- Le château de verre de Destin Daniel Cretton. Woody Harreslon, Naomi Watts et Brie Larson sont au générique de cette adaptation du livre autobiographique éponyme de Jeannette Walls (Robert Laffont, 2008 ; Pocket, 2009), vendu en France à plus de 30000 exemplaires. Cette chronique familiale, étalée sur deux époques - l'enfance et l'âge adulte - raconte la destruction d'une famille à cause d'un père alcoolique, égoïste et rejetant les normes et les règles de la société. 

- Le jeune Karl Marx de Raoul Peck. Quelques mois après son documentaire I Am not Your Negro, le cinéaste continue son exploration des mythes politiques, mais cette fois-ci sous la forme de la docufiction. "Lorsque nous avons décidé d’écrire un scénario original nous avons choisi deux sources principales : les cours sur Marx de Raymond Aron au Collège de France, qui sont d’une extrême rigueur et d’une grande honnêteté intellectuelle, et les correspondances entre Marx et Engels et Marx et sa femme Jenny, entre les années 1843 jusqu’à 1849 (d’ailleurs je recommande notamment les Lettres d’amour et de combat de Jenny et Karl Marx éditées chez Rivages Poche)" explique le réalisateur

- Un beau soleil intérieur de Claire Denis. Ceci n'est pas une adaptation. Mais ce film sur la quête amoureuse d'une femme (Juliette Binoche) récemment divorcée a été coécrit par Christine Angot, dont on remarque très vite le ton et le rythme en voyant ce marivaudage où l'insatisfaction permanente et l'espoir prégnant font mauvais ménage. 

 

 
close

S’abonner à #La Lettre