Constance Debré, "Play boy" chez Stock | Livres Hebdo

Par Léopoldine Leblanc, le 24.12.2017 à 10h00 Un premier roman par jour

Constance Debré, "Play boy" chez Stock

Constance Debré - Photo FRÉDÉRIC STUCIN/STOCK

Durant les fêtes, Livres Hebdo présente chaque jour un premier roman de la rentrée littéraire d’hiver. La suite de la série avec Play boy, de Constance Debré, à paraître le 10 janvier chez Stock.

En première phrase, un aveu: "J’ai même pas osé mettre la langue la première fois que j’ai embrassé une fille." Pour son premier roman, Constance Debré fouille l’intimité des conquêtes amoureuses d’une avocate en rupture de ban.

"Effectivement ça vous pète à la figure, mais par l’écriture aiguisée, percutante, vertigineuse", écrit Sean James Rose dans son avant-critique pour Livres Hebdo. L’auteure y explore les rencontres et le désir, d’abord avec la petite-bourgeoise quinquagénaire Agnès, puis avec Albertine alias Albert, la fille d’un ami junkie de son père, quinze ans plus jeune, fraîchement débarquée de New York.

Fille du grand reporter de guerre François Debré, Constance Debré porte le nom d’un clan politique ancestral composé d’un grand-père ministre du général de Gaulle et rédacteur de la Constitution et d’un oncle ministre de Chirac et ancien président du Conseil constitutionnel. L’auteure a suivi des études supérieures à la fac de droit d’Assas et à l’ESSEC, avant de devenir avocate pénaliste. Ancien secrétaire de la Conférence du barreau de Paris, "Constance Debré assène quelques vérités sur la tartufferie et l’ennui. Upper class et uppercut, on est K.-O.", conclut Sean James Rose.
close

S’abonner à #La Lettre