Librairie

Caroline Meneghetti (L'école de la Librairie) : "On observe une hausse de 30% dans les inscriptions"

Caroline Meneghetti - Photo DR

Caroline Meneghetti (L'école de la Librairie) : "On observe une hausse de 30% dans les inscriptions"

Après un nouveau nom et des nouveaux locaux, l’école de la Librairie (anciennement INFL) a pu rouvrir en présentiel en septembre. Un succès dont se félicite sa directrice Caroline Meneghetti, qui explique à Livres Hebdo comment se traduisent les changements dans l’école.
 

J’achète l’article 1.50 €

Par Alexiane Guchereau,
Créé le 19.10.2020 à 18h56,
Mis à jour le 19.10.2020 à 19h19

Livres Hebdo: Cette année a été synonyme de nombreuses évolutions pour l’établissement. Comment se passe cette "première rentrée ?"

Caroline Meneghetti : La rentrée se passe bien. On a beaucoup de libraires qui embauchent des apprentis et d’autres, qui n’en recrutaient plus, qui en reprennent cette année: c’est un vrai succès. Je suis très fière d’avoir réussi à mener le déménagement et à donner à l’école sa nouvelle identité et des locaux plus grands et plus lumineux. On a effectué un grand travail de communication et de référencement grâce à ce nouveau nom, l'Ecole de la Librairie - INFL. Les travaux ont commencé pendant le confinement (voir notre reportage).

Avez-vous observé une hausse de la demande en formation continue  et en formation initiale ? Avez-vous observé une évolution dans les profils des jeunes inscrits ?

On observe une hausse de 30% dans les inscriptions en brevet professionnel et en CAP et celles dans nos licences professionnelles affichent complet, ce qui n’était jamais arrivé auparavant. On a de moins en moins de jeunes qui sortent du bac, un phénomène qui s’explique par l’extension de l’âge limite pour prendre un élève en apprentissage à 30 ans. 

L’aide financière exceptionnelle aux employeurs qui recrutent en apprentissage a-t-elle été bénéfique pour vous ?
 
Elle a été bienvenue dans le sens où elle a permis à beaucoup de libraires de se convertir à ce type de formations. Souvent, ils hésitaient à prendre des apprentis. En étant aidés par cette prime qui s’élève à 8000 euros pour recruter un alternant de plus de 18 ans d’en prendre, cela facilite la décision d'embaucher un apprenti.
 
Avez-vous fait évoluer les programmes de formation aux nouveaux besoins des libraires apparus avec la crise sanitaire ? Quels en sont, dans les grandes lignes, les contenus ?

Oui, puisque, nous préparons nos élèves à des diplômes nationaux. Nous avons accordé plus de place aux assortiments, à la culture générale et à la gestion de commerce. On est là pour former des libraires et les accompagner dans leur projet et leurs espoirs pour leurs futures boutiques. C’est notre métier et notre rôle. Ils ont parfois de grands projets, avec des commerces conceptuels, mais je suis convaincue que la librairie peut "aller bien" sans forcément diversifier son offre. Ça ne doit pas être une fin en soi.

 

L'aide financière pour les apprentis

"Dans le cadre du plan "1 jeune 1 solution", le gouvernement a mis en place une aide exceptionnelle au recrutement des apprentis, pour tous les contrats conclus entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021, jusqu’au niveau master et pour toutes les entreprises" indique le ministère du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion.

L'aide financière s'élève de 5000 euros (pour un apprenti de moins de 18 ans) à 8000 euros (pour un alternant majeur) et peut être versée aux entreprises de moins de 250 salariés sans conditions.

Tous les renseignements sur le site du ministère
 





Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités