Paris

Boulinier récupère un local dans le Quartier Latin

La librairie située au 20 boulevard st Michel

Boulinier récupère un local dans le Quartier Latin

La Semaest a mis à disposition un local voisin au magasin du n°16 du boulevard Saint-Michel, permettant à celle-ci de compenser partiellement la disparition de la librairie emblématique du n°20 sur la même artère.

J’achète l’article 1.50 €

Par Alexiane Guchereau,
Créé le 08.06.2020 à 15h46,
Mis à jour le 09.06.2020 à 10h39

Boulinier a partiellement trouvé une solution à la fermeture le 15 juin de son magasin historique situé au 20 boulevard Saint-Michel. Un nouveau local a été préempté par la Semaest (Société d'économie mixte de la ville de Paris spécialisée dans la revitalisation du commerce et de l’artisanat de proximité) pour maintenir une activité culturelle.

La société mixte précise qu'il s'agit de la mise à disposition d'un local voisin permettant de réaménager la boutique de Boulinier située au 16 boulevard St Michel (et qui occupe actuellement 100m2).

"Il ne s'agit pas d'un nouvel espace mais de la boutique, actuellement en travaux, située au 16, boulevard St Michel" confirme un salarié. La librairie du 16 va ainsi s'agrandir de 45m2 environ. "L’offre devrait par conséquent n’être concentrée que sur le livre" selon le salarié de Boulinier. Toute l'offre musique disparaîtra. Il ajoute que "sur les 20 employés, 16 vont perdre leur travail"

Le 6 juin, Laurence Patrice, candidate communiste du 10e arrondissement sur les listes "Paris en commun", a posté un tweet annonçant l'ouverture de ce nouvel espace de l’enseigne Boulinier.
 Les clients devraient pouvoir profiter de cet agrandissement dès le 16 juin.

Bailleur privé

Le 17 mai, l’enseigne avait révélé sur ses réseaux sociaux  "qu’une page se tournait mais que le livre de leur histoire n’était pas finie" avec la fermeture du magasin situé au n°20 du boulevard Saint-Michel, où elle était installée depuis 1938 et qui s’étendait sur 400 mètres carrés.

Lorsque le magasin du n°16 a aussi été menacé de fermeture il y a quelques années, la ville de Paris avait pu préempter l’immeuble au moment de sa vente et permis ainsi de sauver la boutique. Mais le bailleur du n°20 étant privé, "la mairie n’a aucun pouvoir dessus" selon le libraire. « Le propriétaire a le droit de récupérer son bien, rappelle Annie Boulinier dans Le Parisien, il n'y a même pas de préemption possible puisqu'il n'est pas à vendre ».
 
Boulinier regrettait d’avoir dû abandonner son emplacement sans avoir pu trouver d’autres locaux, comme le confiait une source à Livres Hebdo. Mais les sept autres librairies tenues par les descendants du fondateur de la chaîne vont rester ouvertes à Paris et en Seine-et-Marne. ​​

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités