Par le 22.08.2018 à 16h16

Blog

Barbra Streisand, Kafka et la chaîne du livre

La ministre de la Culture, Françoise Nyssen, a été dessaisie en grande partie de sa tutelle sur le secteur du livre. Cela risque de créer des situations kafkaïennes dont on ignore encore l'impact sur la chaîne du livre.

Créée en décembre 1975, la direction du Livre, devenue en 1982, après l’élection de François Mitterrand à la présidence de la République et la nomination de Jack Lang au ministère de la Culture, la direction du Livre et de la Lecture, est l’héritière, pour part, de la direction des Bibliothèques et de la Lecture publique (DBLP) qui, au sein du ministère de l’Education nationale, assurait une politique nationale en matière de bibliothèques depuis le sortir de la deuxième guerre mondiale.

D’aucuns (de moins en moins nombreux) n’évoquent pas sans nostalgie cette DBLP qui avait l’immense mérite de ne pas scissionner, dans ses objectifs comme dans ses préoccupations, d’une part les bibliothèques relevant du monde de l’enseignement supérieur, universitaires en premier lieu, d’autre part celles relevant pour part (à l’époque) des collectivités territoriales et de l’Etat, essentiellement municipales et départementales.

Mais l’ambition, au sein du ministère de la Culture, de la direction du Livre et de la Lecture, était d’embrasser toute la « chaîne du livre », de l’auteur jusqu’aux bibliothèques (voire aux lecteurs), en passant par les éditeurs, les libraires, etc. Cette notion de « chaîne du livre » avait sa pertinence, et l’un des titres de gloire de la jeune DLL fut de faire promulguer puis de défendre contre les attaques la loi n° 81-766 du 10 août 1981 relative au prix du livre, dite rapidement « loi Lang ». Si on ajoute à ce tableau le Centre national du livre, à l’époque Centre national des lettres, dont le président était le directeur de la DLL, et qui se chargeait de distribuer à toute la « chaîne du livre » les fruits d’une taxe sur la reprographie (pour faire simple), le tableau était complet, d’un interventionnisme d’Etat tempéré, qui caractérise depuis bien longtemps l’action publique en matière culturelle.

Le livre migre de la rue de Valois à Matignon

Les temps, comme le chantait un prix Nobel de littérature, sont en train de changer et, en 2018, on n’aimerait pas forcément être la place de l’actuel directeur du (pourtant) service du Livre et de la Lecture, dernier avatar en date de la DLL. En effet, par un décret en date du 9 juillet 2018, la ministre de la Culture en titre, Françoise Nyssen, a été dessaisie de la tutelle de son ministère sur le Centre national du livre, ainsi que de la « régulation économique du secteur de l’édition littéraire », formulation dont les spécialistes de légistique conviendront, avant d’éventuels recours en conseil d’Etat, qu’elle est horriblement ambigüe.
 
Ce décret est en fait l’aboutissement d’une réflexion sur les conflits d’intérêt que pouvait potentiellement générer la nomination au ministère de la Culture de Françoise Nyssen, ancienne co-directrice de la maison Actes Sud, éditeur remarquable et en tant que tel, à sa mesure, bénéficiaire de l’interventionnisme tempéré évoqué plus haut, tant intuitu personae (aides diverses et ponctuelles aux projets d’édition), qu’en tant qu’éditeur partenaire de la chaîne du livre elle aussi évoquée plus haut. Résulte de ces tourments réglementaires une formulation qu’on s’accordera à trouver, dans le contexte, légèrement schizophrénique : «  La ministre de la culture ne connaît pas des actes de toute nature relatifs… à la société « Actes Sud » ».

L’intégrité de la ministre n’est pas en cause, même si d’aucuns, à sa nomination comme depuis, ont justement souligné que, en tant qu’ancienne éditrice, elle serait plutôt encline à défendre les positions des éditeurs dans certains des conflits qui agitent la « chaîne du livre », sans la rompre pour autant. Mais il est à craindre que ce décret ne produise l’effet exactement inverse de l’effet recherché (éteindre de potentiels incendies), comme y invite le fameux « effet Streisand », où les efforts en justice de la star pour empêcher la divulgation de photographies de sa maison ont abouti à ce que celles-ci soient désormais mondialement disponibles –en bref, on ne va plus parler que de cela quand il s’agira de politique du livre et de la lecture.
 
Quant au directeur du Service du Livre et de la Lecture (SLL), désormais obligé d’en référer directement au premier ministre pour les affaires susnommées (article 2 du décret), le voilà sommé de court-circuiter sa supérieure hiérarchique pour des dossiers dont la définition précise sera, au cas par cas, bien malaisée à définir, avec tous les risques juridiques induits. Il n’est pas sûr que cette manœuvre ponctuelle et maladroite, que n’auraient pas désavoué les bureaucrates invisibles de Kafka, à mi-chemin du Procès pour ce qui est de son absconse formulation et du Château pour les péripéties à venir, contribue vraiment à la solidité de la chaîne du livre. Ce sera, au moins, un moyen de l’éprouver.

 

 

# Services
close

S’abonner à #La Lettre