Autoédition: Samantha Bailly explique son choix | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 11.10.2018 à 14h13 (mis à jour le 12.10.2018 à 07h54) Polémique

Autoédition: Samantha Bailly explique son choix

Photo MARION DUNYACH

Après l'annonce de son "aventure expérimentale" avec un livre qui sera directement publié en version numérique sur la plateforme d'Amazon, Samantha Bailly a reçu des messages "enthousiastes, curieux, intéressés, intrigués, mais aussi... des insultes de la part de certains libraires".

Samantha Bailly a annoncé qu'elle allait publier son premier livre numérique sur Amazon, La Marelle. "Je veux tester l’autoédition, et la comparer avec l’édition traditionnelle. C’est une expérimentation, dont j’exposerai le résultat le plus précisément possible, du point de vue d’un auteur", a expliqué la présidente de la Charte des auteurs jeunesse et de la Ligue des auteurs professionnels. Elle rappelle par ailleurs que sa démarche est "personnelle" mais que ses fonctions représentatives ont nourri sa réflexion en côtoyant des auteurs "talentueux" qui abandonnent leur passion parce que c'est "devenu trop dur".

Dans une longue justification publiée sur Facebook ce matin, l'auteure précise qu'elle a "reçu de nombreux messages enthousiastes, curieux, intéressés, intrigués, mais aussi... des insultes de la part de certains libraires".



Ce texte, où elle clame son amour pour les librairies, détaille son choix de passer par l'autoédition. Elle rappelle son lien avec elles: "Je passe beaucoup de temps bénévolement à dédicacer dans des librairies et sur des salons. Des heures assise à sourire et signer des livres à mes lecteurs qui font le déplacement de très loin pour venir acheter un roman chez ce libraire précis, parce que je suis là ce jour-là. Un temps pris sur son écriture, sa vie de famille, pour faire la promotion d'ouvrages sur lesquels il est aujourd'hui très rare de voir des droits d'auteur - car il faut amortir son à-valoir."

"Aux quelques libraires qui m'ont envoyé des messages d'insultes – et je sais qu'ils sont une minorité, il y a tous les libraires qui se sont montrés curieux, intéressés, et derrière le mot libraire, il y a bien des réalités différentes – je vous propose une chose : déjà, si le livre vous intéresse, j'en suis ravie, vous pouvez me demander poliment de passer par vos plateformes numériques (sans m'insulter, de préférence). Ou vous pouvez tout simplement, si le roman vous intéresse, observer le résultat de cette démarche, et si le roman fonctionne bien, qu'on s'organise ensemble pour que l'ouvrage trouve une vie en papier
", explique l'auteure. "Comme dit dans mon article : cette expérience ouvre toutes les portes, que je vis avec ma communauté, et où tous les scénarios sont possibles pour les chapitres suivants. Sinon, ce ne sont pas mes ouvrages publiés à compte d'éditeur qui manquent, et il y en a d'autres qui arrivent en 2019."
 
Auto-éditer, ça veut dire que l'auteur est libre. Ses droits lui appartiennent. Samantha Bailly

Si elle choisit l'autoédition numérique, c'est pour revendiquer sa liberté d'auteure. "Je le fais via des sites de services d'auto-édition, notamment KDP (Amazon), et ce sans exclusivité. D'autres sites comme Kobo (Fnac) m'ont contactée avec beaucoup d'enthousiasme vis-à-vis de la démarche, de même que des services d'impression à la demande, bref, cette expérience génère des échanges très intéressants sur des pratiques qui sont celles actuelles, là, maintenant, des éditeurs eux-mêmes. La seule différence est que je suis une autrice qui a décidé de gérer moi-même un premier temps de vie de mon roman. C'est mon droit le plus strict. Auto-éditer, ça veut dire que l'auteur est libre. Ses droits lui appartiennent. Il peut mettre son texte en ligne où il le souhaite."

Après la polémique sur la présence d'un auteur publié lui aussi sur Kindle Direct Publishing, Marco Koskas, sélectionné dans la première liste du Renaudot cette rentrée, les libraires sont à fleur de peau face à leur concurrent le plus important dans la distribution de livres, Amazon. Marco Koskas a renvoyé la faute aux éditeurs qui n'ont pas voulu de son roman. Samantha Bailly n'a pas ce souci-là pour La Marelle. C'est "une situation qui n'a rien à voir". "Je ne crois pas, contrairement à ce qu'on m'affirme, que parce que je décide aujourd'hui de publier un ouvrage en numérique dans un premier temps, avec en plus une démarche laissant grande ouverte la porte à l'édition et la librairie, le monde du livre s'en retrouvera assassiné. C'est juste l'histoire d'un livre parmi des centaines de milliers d'autres livres, qui va commencer sa vie d'une manière un peu différente par rapport à mes habitudes." Mais elle constate elle aussi un problème relationnel avec les éditeurs:
"Cela fait dix ans que je publie à compte d'éditeur, je continue à le faire en trouvant des partenaires éditeurs respectueux des auteurs qui ont parfaitement compris qu'écrire était un métier, qui demandait donc les conditions qui vont avec. Les éditeurs qui aujourd'hui évoluent dans leurs pratiques vis-à-vis des auteurs français ont compris qu'il se passait quelque chose d'important. Ils ne semblent pas nombreux", regrette-t-elle.
 
Regardez les tops des ventes Livres Hebdo, et regardez le nombre de titres qui sont passés par l'auto-édition en numérique. Samantha Bailly

Ainsi, elle interroge sur la nature de son métier et celui de l'éditeur. "Nous exerçons un métier pour nous, sans aucun doute, mais exerçons-nous un métier pour la chaîne du livre? Et pourquoi il devient plus intéressant pour certains de s'auto-éditer et/ou de mélanger les deux modes de publication? Regardez les tops des ventes Livres Hebdo, et regardez le nombre de titres qui sont passés par l'auto-édition en numérique, notamment via KDP. Aurélie Valognes. Anne-Gaëlle Huon. Agnès-Martin Lugand. Jean-Michel Apathie. Solène Bakowski. Bref. On peut aussi faire un retour historique des différents modes de publication des auteurs au XIXe siècle, ce n'est pas inintéressant. La vérité, c'est que l'édition traditionnelle et l'auto-édition cohabitent et se nourrissent mutuellement. Les éditeurs prospectent les manuscrits auto-édités sur différentes plateformes, puis les publient. Des auteurs publiés à compte d'éditeur exploitent eux-mêmes une partie de leurs droits. Ça n'a rien d'une grande nouveauté, mais c'est un phénomène récent à l'échelle du monde de l'édition. Ça n'empêche pas ensuite à ces ouvrages de vivre leur vie en librairie. Pourtant, ils viennent d'Internet."

Si son choix d'être autoéditée est personnel, elle avoue malgré tout une prise de position politique, engagée. "Je peux vous dire qu'avec les réformes en cours, bien des auteurs installés – dont je ne fais pas partie – se sont déjà organisés pour quitter le pays d'une façon ou d'une autre. Parce qu'ici, ça ne sera vraiment plus possible. C'est du jamais vu. Ce qu'il se passe affecte réellement et profondément ceux et celles qui écrivent et dessinent dans ce pays, et qui cherchent simplement des moyens de pouvoir continuer." Et d'ajouter: "Si la France veut conserver son rayonnement, ses talents, alors c'est clair et net: il faut donner enfin aux auteurs des avancées significatives de rémunération, d'encadrement et de transparence. Il faut admettre que c'est un métier et construire le statut et les conventions qui vont avec."

Samantha Bailly ne désarme pas: "La chaîne du livre est-elle prête à reconnaître qu'auteur est un métier? […] La chaîne du livre est-elle prête à renforcer la professionnalisation des auteurs? A proposer de meilleures conditions par livre, pour que les auteurs puissent vivre dans la décence? A limiter la surproduction, pour qu'un livre puisse rester plus de deux semaines sur les tables des librairies, et que s'installent des succès de façon durable et profitable pour tous?"
close

S’abonner à #La Lettre