Atiq Rahimi filme l'adaptation d'un roman de Scholastique Mukasonga | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 16.11.2018 à 16h30 (mis à jour le 16.11.2018 à 17h00) Tournage

Atiq Rahimi filme l'adaptation d'un roman de Scholastique Mukasonga

Notre-Dame du Nil - Photo SOPHIE DAVIN

Le prix Goncourt 2008 adapte un roman récompensé par le Renaudot en 2012. Atiq Rahimi tourne Notre-Dame du Nil depuis plus de trois semaines.

Depuis le 22 octobre, et jusqu'à la mi-décembre, le romancier et cinéaste Atiq Rahimi tourne au Rwanda Notre-Dame du Nil. Il s'agit de l'adaptation du roman éponyme de Scholastique Mukasonga, prix Renaudot 2012. Bac films distribuera le film l'année prochaine en salle.

Le scénario qu'il a coécrit avec Ramata Sy nous renvoie en 1973, au Rwanda. Dans le prestigieux institut catholique Notre-Dame du Nil, perché sur une colline, des jeunes filles rwandaises étudient pour devenir l'élite du pays. En passe d'obtenir leur diplôme, elles partagent le même dortoir, les mêmes rêves, les mêmes problématiques d'adolescentes. Mais aux quatre coins du pays comme au sein de l'école grondent des antagonismes profonds, qui changeront à jamais le destin de ces jeunes filles et de tout le pays.

Le casting réunit Amanda Mugabekazi, Albina Kirenga, Malaika Uwamahoro, Clariella Bizimana, Belinda Rubango et Pascal Greggory. 

Notre-Dame du Nil est paru chez Gallimard et en poche chez Folio. Tous formats confondus, il s'est écoulé à plus de 120000 exemplaires en France. Dans son dernier roman, Un si beau diplôme!, paru chez Gallimard en mars dernier, l'écrivaine revient également en Afrique centrale en 1973 avec un récit autobiographique centré sur la condition féminine sur le continent et sur le thème de l'exil.

Atiq Rahimi n'a rien tourné depuis 2013 quand il avait adapté son propre roman, Syngué sabour. Pierre de patience (Goncourt 2008). Il y a trois ans, son projet d'adaptation du roman d'Amin Maalouf, Les échelles du Levant, ne s'est pas concrétisé. De même, il n'a rien publié depuis La ballade du calame (L'Iconoclaste, 2015).
close

S’abonner à #La Lettre