édition

Arnaud Lagardère reconduit pour 4 ans à la tête de son groupe

Arnaud Lagardère.

Arnaud Lagardère reconduit pour 4 ans à la tête de son groupe

Menacé par le duo d’actionnaires Vivendi-Amber, le gérant de Largardère a été renouvelé dans ses fonctions par le conseil de surveillance plusieurs mois avant la date prévue.

J’achète l’article 1.50 €

Par Nicolas Turcev,
Créé le 18.08.2020 à 15h13,
Mis à jour le 18.08.2020 à 17h07

Arnaud Lagardère, gérant du groupe Lagardère, propriétaire d’Hachette Livre, a été reconduit dans ses fonctions pour 4 ans par le conseil de surveillance du conglomérat réuni le 18 août. L’héritier de Jean-Luc Lagardère conforte ainsi sa position alors que les deux principaux actionnaires de la commandite, Vivendi (23,5% des parts) et Amber Capital (20% des parts), ont conclu une alliance pour tenter de l’affaiblir.
 
La reconduction d’Arnaud Lagardère à la tête du conglomérat devait initialement être décidée au premier trimestre 2021. La convocation anticipée du conseil de surveillance contrecarre les plans des deux actionnaires, qui souhaitaient peser dans le vote et empêcher Arnaud Lagardère de conserver la gérance de la société.

Le groupe contrôlé par l’homme d’affaires Vincent Bolloré et le fonds britannique dirigé par Josep Oughourlian souhaitent obtenir quatre sièges au conseil d’administration de Lagardère (3 pour Amber, 1 pour Vivendi). A eux deux, ils cumulent 43,5% du capital. Les deux actionnaires doivent demander à Lagardère la convocation d’une assemblée générale avant le 20 août afin de renforcer leur position. En cas de refus, ils ont annoncé leur intention de saisir le tribunal de commerce.

Le conseil de surveillance a également acté la création d'un conseil de gérance chargé du pilotage du groupe composé des membres du comité exécutif, auxquels se joindront les dirigeants des branches Publishing (Hachette Livre) et Travel Retail, respectivement Arnaud Nourry et Dag Rasmussen. Les actuels membres du comité exécutif sont le porte-parole, Ramzi Khiroun, le directeur financier, Gérard Adsuar, ainsi que les deux co-gérants de Lagardère Thierry Funck-Brentano et Pierre Leroy.
 
Candidat au rachat de Simon & Schuster
 
Mis en difficulté par la crise sanitaire avec un chiffre d’affaires global en baisse de 38% au premier semestre, Lagardère cherche des relais de croissance. La branche Travel Retail (magasins dans les aéroports et gares), lourdement touchée par la baisse du trafic aérien, a ainsi négocié un partage des revenus avec certains aéroports contre une suppression des loyers. Le conseil de surveillance a également officialisé l’intention de Lagardère de se porter candidat au rachat de l’éditeur américain Simon & Schuster, valorisé à environ un milliard d’euros, soit l’équivalent de la trésorerie courante du groupe Lagardère.
 
Bernard Arnault, récemment entré au capital de Lagardère Capital & Management (LCM), la holding personnelle d’Arnaud Lagardère, pourrait apporter son soutien à l’opération, selon la Lettre A. L’objectif serait à la fois de renforcer la présence d’Hachette Livre à l’international et de contrecarrer les ambitions de Vivendi, qui souhaite fusionner sa filiale éditoriale, Editis, à celle de Lagardère.
 
Bernard Arnault en embuscade
 
Malgré les apparences, les ambitions du propriétaire de LVMH commencent à se dévoiler. Entré en mai au capital de LCM à hauteur de 25% contre une centaine de millions d’euros, le milliardaire a permis à Arnaud Lagardère d’éponger une partie de ses dettes. Mais sa prise de participation dans la holding est stratégique : avec son portefeuille de 7% des parts du groupe Lagardère, la structure assure à son dirigeant le contrôle du conglomérat. Une particularité dû au statut en commandite de la société que Vivendi et Amber souhaitent d'ailleurs abolir.
 
D’après la Lettre A, Bernard Arnault espère, par son apport financier aux futurs investissements de Lagardère, monter au capital du groupe ou, mieux, de la holding LCM. Cette stratégie pourrait être le prélude à une OPA hostile. En cas de réussite, LVMH mettrait la main sur le réseau mondial de 4800 magasins de la branche Travel Retail. Autant de points de distribution dans lesquels l'empire du luxe pourrait écouler ses produits. Côté distribution, LVMH possède déjà le réseau DFS (Duty Free Shoppers) et Sephora. Le groupe est aussi présent dans les médias (Les Echos, Le Parisien, Radio classique), et pourrait se renforcer avec ceux de Lagardère (Europe 1, Paris Match, le JDD), mal en point.
 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités