Amazon prolonge la fermeture de ses centres de distribution en France | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, avec AFP, le 13.05.2020 à 15h11 (mis à jour le 13.05.2020 à 18h21) E-commerce

Amazon prolonge la fermeture de ses centres de distribution en France

Service des expéditions chez Amazon, à Saran, près d'Orléans - Photo OLIVIER DION.

Le groupe de Jeff Bezos n'est pas en mesure de rouvrir ses entrepôts français avant le 18 mai. Cela fait un mois qu'Amazon est contraint de fermer ses sites.

Amazon va prolonger la fermeture de ses entrepôts en France jusqu'au 18 mai alors que le groupe de distribution envisageait de reprendre son activité jeudi 14 mai.

Cette prolongation devait être proposée mercredi au Comité social et économique (CSE). "Nos centres de distribution sont sûrs. Cependant, l'astreinte, telle que précisée par la cour d'appel, signifie que même avec un taux infime de traitement accidentel de produits non-autorisés, de l'ordre de 0,1 %, le risque de contrevenir à la décision de la cour d'appel pourrait entraîner une pénalité de plus d'un milliard d'euros par semaine. C'est pourquoi nous n'avons pas d'autre choix que prolonger la suspension temporaire de l'activité de nos centres de distribution français", affirme Amazon. Le CSE a demandé à l'entreprise d'ajouter "une expertise indépendante supplémentaire à ce processus".

Une réelle évaluation des risques

Les centres de distribution d'Amazon sont fermés depuis le 16 avril et ont été maintenus à l'arrêt après la décision du tribunal de Nanterre, le 14 avril, confirmée par la cour d'appel de Versailles, le 24 avril, et qui a donné raison aux syndicats. Ils réclamaient une réelle évaluation des risques liés à la pandémie de Covid-19. Le 7 mai, l'entreprise avait annoncé se pourvoir en cassation pour contester la décision de la cour d'appel de Versailles. Mais, chaque semaine, Amazon prolonge la fermeture de ses entrepôts, assurant pouvoir livrer les biens définis par la cour d'appel à partir de ses entrepôts européens.

Les employés, au chômage technique, touchent leur plein salaire depuis que le gouvernement a rejeté une demande du groupe de mise en chômage partiel.
 
close

S’abonner à #La Lettre