Agnès Varda, monument du 7e art, s'est éteinte | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 29.03.2019 à 15h33 (mis à jour le 29.03.2019 à 16h01) Disparition

Agnès Varda, monument du 7e art, s'est éteinte

Agnès Varda - Photo SGP/BESTIMAGE

La cinéaste, documentariste et artiste Agnès Varda est morte ce matin à l'âge de 90 ans. Elle a fait l'objet de quelques livres.

Née à Ixelles en Belgique le 30 mai 1928, Agnès Varda est morte à l'âge de 90 ans à Paris aujourd'hui. Symbole d'un cinéma féminin, engagé et citoyen, photographe, artiste et vidéaste expérimentale exposée, cinéaste de fictions et de documentaires, Agnès Varda aura traversé sept décennies de cinéma, glanant au passage tous les hommages à Cannes (une Palme d'or d'honneur) et à Berlin (une Berlinale camera en février dernier), mais aussi un César d'honneur et un Oscar d'honneur.

Elle a commencé en photographiant le Théâtre National Populaire avant de privilégier le mouvement du cinéma, puis la liberté des caméras numériques, glissant ainsi des films de la Nouvelle Vague aux documentaires ouverts sur les gens, des veuves de Noirmoutier aux classes populaires provinciales. Avec malice, elle s'amusait à s'intégrer au paysage tout en filmant ces multiples visages. Agnès Varda captait comme personne l'instant présent, les bonheurs et les douleurs des petits humains qu'elle affectionnait tant. Elle aimait les plages et l'océan, semblait éternelle tant son esprit était curieux et vif. La petite dame de la rue Daguerre était aussi la gardienne du temple de son mari défunt, Jacques Demy.

La réalisatrice de Cléo de 5 à 7, Sans toit ni loi, Kung-fu Master, Les cent et une nuits de Simon Cinéma, Les Glaneurs et la glaneuse, Les demoiselles ont 25 ans, Les Plages d'Agnès, Visages, Villages, coréalisé avec JR) et le récent Varda par Agnès, a aussi fait l'objet de quelques livres. "Les images sont plus importantes que les mots" disait-elle dans Jamais sans mon livre en 1993, privilégiant ainsi les beaux-livres et les livres d'images. Tout en confiant que "le cinéma lui était venu par un goût extrême de la littérature."

Varda en livres

Lauren Elkin l'a notamment intégrée parmi les artistes, aux côtés de Virginia Woolf et George Sand, qui déambulent pour créer dans Flâneuse que Hoëbeke vient de publier. Une monographie consacrée aux différentes facettes de son œuvre allant de sa pratique contemporaine du cinéma à sa transformation muséographique et à la photographie est parue aux Presses Universitaires de Rennes (Agnès Varda: le cinéma et au-delà) en 2009. L'Avant-scène cinéma avait dédié son numéro 256 (2003) à Sans toit ni loi, film, qui avait aussi été le sujet du livre de René Prédal (Atlande, 2003). Tout comme Manchester University Press avait édité en 1998 une biographie d'Alison Smith, jamais traduite en français.

Sinon, la plupart des ouvrages concerne ses films ou ceux de son époux. Les éditions de l'œil ont publié le texte illustre des Plages d'Agnès (2010). Agnès Varda, et leur fille Rosalie, ont ainsi préfacé Les demoiselles de Rochefort: histoires de sœurs d'Elsa et Natacha Wolisnki (La Martinière, 2017).

Enfin Agnès Varda avait été l'auteure des textes et des photographies de L'île et Elle, beau-livre d'art publié par Actes sud en 2006, aujourd'hui épuisé, à l'occasion de l'exposition éponyme à la Fondation Cartier. Trois autres livres sur son travail d'artiste, Agnès Varda: y a pas que la mer (Au fil du temps, 2011), Varda-Cuba (Xavier Barral, 2015) et Agnès Varda: patates & compagnie (Silvana, 2016) sont également indisponibles.
  • (1) l
close

S’abonner à #La Lettre