Adaptations et biopics ont rendez-vous au Festival de Venise | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 29.07.2016 à 14h45 (mis à jour le 29.07.2016 à 15h00) Cinéma

Adaptations et biopics ont rendez-vous au Festival de Venise

Tahar Rahim dans "Réparer les Vivants"

Maylis De Kerangal, Guy de Maupassant, Don DeLillo ou encore M.L. Stedman et Austin Wright ont inspiré les cinéastes en sélection officielle au prochain festival du film de Venise.

Le 73e Festival de Venise a dévoilé hier l'ensemble de sa sélection officielle, qui comprend 50 films en compétition, hors-compétition et dans la section Orizzonti.

Parmi les films sélectionnés, quelques uns sont des adaptations et des films biographiques. L'adaptation du roman de Maylis De Kerangal, Réparer les vivants, réalisé par Katell Quillévéré (Un poison violent), est ainsi dans la section Orizzonti.

Deux autres cinéastes français viendront sur la lagune véntienne pour présenter des adaptations: Stéphane Brizé avec Une vie, inspiré du roman éponyme de Guy de Maupassant, en compétition, et Benoît Jacquot avec À jamais, d'après le roman de Don DeLillo Body Art, hors-compétition.

Les réalisateurs nord-américains ont aussi beaucoup puisé dans la littérature. En lice pour le Lion d'or, on retrouve Derek Cianfrance avec Une vie entre deux océans, transposition du roman éponyme de M.L. Stedman , Tom Ford avec Nocturnal Animals, d'après Tony et Susan d'Austin Wright, et Denis Villeneuve avec Premier contact (Arrival), inspiré d'une nouvelle de Ted Chiang (Story of your Life) inédite en France.

Ce sont surtout les histoires vraies qui s'imposeront à la Mostra. L'une d'entre elle est même en compétition puisqu'il s'agit de Jackie, autour de la destinée de Jackie Kennedy, par le réalisateur chilien Pablo Larrain. Les trois autres sont hors-compétition: la série télévisée The Young Pope, sur le pape Pie XIII, par Paolo Sorrentino, The Bleeder, autour de la vie du boxeur Chuck Wepner, par Philippe Falardeau et Hacksaw Bridge, biopic sur le médecin militaire Desmond T. Ross, par Mel Gibson.

Notons enfinque Wim Wenders est en compétition avec Les beaux jours d'Aranjuez, dont le scénario est signé du cinéaste allemand et de l'écrivain autrichien Peter Handke.
close

S’abonner à #La Lettre