66 % des usagers de la BPI sont des étudiants | Livres Hebdo

Par Véronique Heurtematte, le 19.06.2018 à 18h45 (mis à jour le 19.06.2018 à 21h05) Bibliothèques

66 % des usagers de la BPI sont des étudiants

Si le temps d'attente pour l'accès à la BPI s'est beaucoup réduit ces dernières années, il reste encore important le week-end. - Photo OLIVIER DION

La Bibliothèque publique d'information a dévoilé les premiers éléments de sa dernière enquête de public mardi 19 juin lors d'une journée d'étude co-organisée avec l'Ecole nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques.
 

Lors de la journée d'étude Bibliothèques à la loupe, actualités des recherches, organisée mardi 19 juin à Paris par la Bibliothèque publique d'information (BPI) et l'Ecole nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques (Enssib), la BPI a dévoilé en avant-première les premiers résultats de son enquête sur son public.

La partie quantitative de l'enquête s'appuie sur un questionnaire soumis à 3611 personnes interrogées sur place. Les étudiants constituent toujours la plus grande partie des usagers de la BPI, à 66 %, un pourcentage très stable puisqu'ils étaient 63 % en 2015, date de la précédente enquête. 15 % des usagers sont des actifs, 8 % des lycéens, 5 % des personnes en recherche d'emploi, 4 % de retraités, et 2 % d'autres inactifs.

24 % des lecteurs ne fréquentent que la BPI. Parmi ceux qui fréquentent plusieurs établissements, 36 % vont en bibliothèque municipale, 51 % en bibliothèque universitaire, et 30 % à la Bibliothèque nationale de France. Les usagers sont souvent assidus avec 53 % qui viennent à la BPI au moins une fois par semaine pour une durée moyenne de 4 heures (4h47 le dimanche). Le temps d'attente est de 38 minutes en moyenne. "Le temps d'attente a beaucoup baissé ces dernières années, a précisé Christophe Evans, chargé d'étude en sociologie au service Etudes et recherche de la BPI. Il reste important le week-end mais les jeudis et vendredis, il n'y a plus de file d'attente”.

Des usagés autonomes

Les lecteurs sont très autonomes : six personnes sur dix cherchent dans les rayonnages par elles-mêmes, une sur quatre demande à un bibliothécaire, une sur cinq cherche dans le catalogue. Interrogés sur les activités qu'ils ont effectuées, 80 % des sondés déclarent avoir travaillé, 59 % ont écrit, 50 % ont consulté Internet, 43 % ont lu, 21 % ont écouté de la musique, et 5 % ont pratiqué d'autres activités. Nombre d'usagers ont plusieurs activités pendant leur visite. La consultation des espaces et les activités sont différentes selon les profils et le niveau d'étude. Si les scolaires fréquentent beaucoup la cafétéria, les retraités investisent l'espace presse, les demandeurs et les actifs s'intéressent à l'espace d'autoformation.

30 % des Français connaissent la BPI
Pour la première fois, la Bibliothèque publique a également bénéficié d'une enquête de notoriété dans le cadre de la récente étude du Credoc sur les conditions de vie et les aspirations des Français. 30 % des personnes sondées connaissent la BPI et 8 % l'ont déjà fréquentée. Parmi les Parisiens, 48 % la connaissent et 27 % y sont déjà venus.

L'enquête comprend également une partie qualitative basée sur 15 entretiens menés dans les espaces de la BPI. Les usagers décrivent un lieu "convivial, sans trop de contraintes", avec "des horaires exceptionnels", et des collections vues comme "une mine d'or". "Les représentations de la BPI sont très stables au fil des années, a conclu Agnès Vigué-Camus, du service Etudes et recherche de la BPI. Elle est perçue comme un lieu public ouvert à tous, qui favorise l'accès aux connaissances, un opérateur dans la construction des savoirs".

1,2 million de visites à la BNF en 2017
En contrepoint de l'enquête de la BPI, Irène Bastard, de la délégation à la stratégie et à la recherche de la Bibliothèque nationale de France a présenté les chiffres clés concernant son institution. La BNF a reçu a 1,2 million de visites en 2017 et compte 66 000 détenteurs du pass BNF dont 52 % d'étudiants.
Les motifs de visite sont les ressources documentaires de la BNF pour 40 % des usagers, l'accès à un endroit calme pour 33 %, la visite d'une exposition pour 16 %. 11 % de ceux qui fréquentent de la BNF n'utilisent que les espaces libres et n'entrent jamais dans une salle de lecture ou d'exposition. Dans ces espaces libres, 68 % viennent pour travailler.
close

S’abonner à #La Lettre