Québec

Wilfrid Séjeau, un libraire français au Salon du livre de Montréal

Wilfrid Séjeau, président du groupement Initiales, faisait partie d'une délégation de 15 libraires francophones invités au 42e Salon du livre de Montréal par Québec édition. - Photo F.PIAULT/LH

Wilfrid Séjeau, un libraire français au Salon du livre de Montréal

Invité par Québec édition au 42e Salon du livre de Montréal, au sein d'une délégation d'une quinzaine de libraires, le libraire de Nevers, président du groupement Initiales, a été frappé par l'ouverture et la diversité de l'édition québécoise, avec laquelle il entend développer des passerelles.

J’achète l’article 1.50 €

Par Fabrice Piault,
à Montréal,
Créé le 24.11.2019 à 03h21,
Mis à jour le 24.11.2019 à 04h00

Parmi la petite quinzaine de libraires francophones d'Europe invités à participer, dans le cadre d'un programme développé depuis trois ans par Québec édition, au 42e Salon du livre de Montréal organisé du 20 au 25 novembre, Wilfrid Séjeau se félicite d'avoir rencontré "une édition québécoise vraiment ouverte, où l'on retrouve beaucoup d'auteurs français et qui multiplie les liens dans l'édition francophone".

Invité en tant que président d'Initiales, le directeur de la librairie Le cyprès, à Nevers, rappelle que son groupement "développe beaucoup de relations avec les éditeurs francophones. Le numéro de fin novembre de notre magazine comprend un dossier Québec, souligne-t-il, tandis le texte inédit que nous publions chaque année est signé cette année, sous le titre de Cendres, par Eric Plamondon". L'écrivain québécois vivant à Bordeaux, a été lauréat du Prix littéraire France-Québec 2018 pour Taqawan (Le Quartanier au Québec, Quidam en Europe.

Vitalité de la production poétique

"Beaucoup de libraires de notre réseau sont sensibles à cette approche de l'édition francophone du Québec, mais aussi de Suisse ou de Belgique", poursuit Wilfrid Séjeau qui, au fil de visites chez plusieurs éditeurs québécois dont Ecosociété, Lux et "d'autres éditeurs plutôt présents en France à travers la vente de droits", a pu constater "le dynamisme de l'édition québécoise et son désir de contact avec les libraires français".

A Montréal, où il se rendait pour la première fois, le président d'Initiales a été "frappé par la vitalité de la production poétique, beaucoup plus populaire et plus simple qu'en France, ainsi que par la production de romans graphiques". "En passant du temps chez Mémoire d'encrier, qui passe en distribution en France chez Harmonia Mundi, nous avons été impressionnés par la diversité de son catalogue", ajoute-t-il.

Au cours de son voyage, le libraire de Nevers a aussi senti "un désir d'émancipation de l'édition québécoise face à la toute puissance de l'édition française, de manière tranquille mais sans complexes".

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités