Etats-Unis

Une librairie s'engage pour les migrants incarcérés en camp de rétention

Intérieur de la librairie A Room of One's Own à Madison, dans le Wisconsin - Photo A ROOM OF ONE'S OWN

Une librairie s'engage pour les migrants incarcérés en camp de rétention

La gérante de la librairie A Room of One’s Own, située à Madison (Wisconsin), invite ses confrères et consoeurs à alimenter un fonds en soutien aux migrants.

J’achète l’article 1.50 €

Par Nicolas Turcev,
Créé le 02.07.2019 à 14h37,
Mis à jour le 02.07.2019 à 15h00

Une librairie indépendante du Wisconsin a lancé, lundi 1er juillet, une campagne contre les frontières et en soutien aux migrants intitulée #BookstoresAgainstBorders. Gretchen Treu, propriétaire de la librairie A Room of One’s Own à Madison, invite ses confrères et consoeurs à reverser une partie des bénéfices de leurs ventes réalisées du 5 au 7 juillet à une association texane de soutien aux migrants incarcérés à la frontière mexicano-américaine. Les conditions de vie déplorables dans les camps de rétention gérés par le gouvernement américain alimentent la polémique depuis plusieurs semaines aux Etats-Unis.
 
Gretchen Treu suggère aux libraires de reverser 5 à 15% de leurs recettes au fonds sur ces trois jours. Elle-même s’est engagée à verser au minimum 10% de son chiffre d’affaires. Depuis lundi matin, 21 librairies indépendantes américaines se sont jointes à l’initiative, et 2000 dollars (environ 1800 euros) ont déjà été récoltés sur une page de financement participatif ouverte au grand public.
 
"Je ne peux pas continuer comme si de rien n’était" Gretchen Treu

 
"Je suis en colère et je me sens impuissante, a déclaré Gretchen Treu à Publisher’s Weekly. Quand je pense à ces enfants, qui pourraient être les miens, vivre dans de telles conditions, dans le pays le plus riche au monde, celui de la 'liberté', une colère profonde monte en moi. Je ne peux pas continuer comme si de rien n’était." Certains enfants détenus dans les camps texans n’ont pas accès à du savon et à des brosses à dent, selon un reportage du New York Times.
 
Dans un courriel envoyé à ses confères, Gretchen Treu explique que cette action vise non seulement à lever des fonds, mais aussi à "montrer au pays que [les librairies] sont bien plus que des commerces, nous sommes des membres à part entière de nos communautés, bien au-delà de l’aspect transactionnel".
 

Un activiste détenu pour avoir récité un poème

La libraire du Winconsin n'est pas la seule à s'indigner de la politique migratoire américaine. Un étudiant californien a été arrêté, en mai dernier après avoir lu en public un poème critiquant les politiques d’immigration de l’administration Trump, révèle le Guardian. Jose Bello est arrivé aux Etats-Unis à l’âge de trois ans et a un fils de nationalité américaine. Il avait été arrêté une première fois en août 2018 avant d’être relâché sous caution. Son poème demande la dignité et la tranquillité pour les migrants qui travaillent et étudient aux Etats-Unis. Selon le groupe de défense des libertés civiles American Civil Liberties Union, cette incarcération viole la liberté d’expression de Jose Bello, défendue par le premier amendement de la constitution américaine.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités