Tout feu tout faille | Livres Hebdo

Par Kerenn Elkaim, le 13.11.2015 6 janvier > Roman Australie

Tout feu tout faille

Richard Flanagan - Photo COLIN MASDOUGALL/ACTES SUD

Man Booker Prize 2014, Richard Flanagan flirte avec le chef-d’œuvre dans un roman racontant comment l’amour et la guerre transforment les hommes.

"Les sentiments d’un homme ne sont pas toujours à la hauteur de ce qu’est la vie." Celle de Richard Flanagan débute en 1961 au sein d’une famille modeste. Il fait la fierté de ses grands-parents illettrés en décrochant une bourse pour Oxford. Quelle aventure pour ce Tasmanien qui vit et écrit sur "une île au bout du monde" ! Sa plume lyrique passe d’un registre intimiste et familial (voir le mirifique Dispersés par le vent) à une actualité brûlante, comme le terrorisme dans La fureur et l’ennui. Somptueux, son nouveau roman a été refusé par plusieurs éditeurs.

Après douze ans d’écriture, Flanagan avoue que le Man Booker Prize l’a sauvé financièrement. Rien qu’en Angleterre, cette œuvre - composée dans une langue à couper le souffle - s’est écoulée à 10 000 exemplaires en une semaine. Une fresque, ténébreuse et lumineuse, basée sur un épisode historique oublié, la construction de la ligne Siam-Birmanie, surnommée "la voie ferrée de la mort". Un projet démesuré des Japonais visant à tracer une route vers l’Inde dans les années 1940. Une façon d’imposer leur suprématie au prix de 100 000 prisonniers, alliés et asiatiques, qui ont péri sur le chantier. "Pour vous, c’est de la cruauté. Pour nous, c’est le destin, l’avenir." Parmi les survivants, le père de Flanagan à qui il dédie ce livre. Le matricule 335 a passé trois ans et demi dans ce cauchemar. Il est mort le jour où son fils a mis un point final à cette histoire. Celle du docteur Dorrigo Evans, un nom de chanteur, une allure à la Errol Flynn. "Il était devenu un héros de la guerre, le symbole officiel d’une époque, d’une tragédie. Mais il n’en était pas un. Il avait simplement mieux réussi à vivre qu’à mourir."

Projeté malgré lui dans ce bourbier, ce chargé du bataillon australien affronte la ténacité de l’armée japonaise. Deux cultures s’opposent dans ce jeu de dames entraînant des drames. Le plus intime étant caché, à savoir l’histoire d’amour interdite entre Dorrigo et Amy. "Prisonnière d’une seule vie, elle ne voulait pas l’amour, elle les voulait eux."

Grandiose, cette passion déstabilise le médecin au point d’orienter toute son existence. "Pourquoi on ne se souvient jamais des nuages ? Parce qu’ils ne veulent rien dire." Cependant, l’amour demeure une boussole même au cœur de l’horreur. Dorrigo et ses codétenus sont mis à nu dans la jungle thaïlandaise, synonyme d’épidémies et de fournaise. "L’histoire humaine était celle de la violence." Dans ce camp, digne de Papillon, le récit d’Henri Charrière, elle correspond aux pestilences de la souffrance et de la mort. Comment rester un homme dans "l’enfer de Dante" ? Puis réintégrer la vie ? "Un homme. Qu’est-ce que ça veut dire ? Un homme ?" L’auteur décrit avec minutie la mécanique des émotions insaisissables. La voie vers soi prend parfois des chemins charpentés, mais "peut-être qu’on ne maîtrise rien".

Richard Flanagan
La route étroite vers le nord lointain
Actes Sud
Traduit de l’anglais (Australie) par France Camus-Pichon
Tirage : 15 000 ex.
Prix : 23 euros ; 432 p.
ISBN : 978-2-330-05787-9

Selon l’écrivain, l’amour et la guerre nous révèlent aux autres et à nous-mêmes. "La forme de vie la plus noble est la liberté." Or "le courage, la survie, l’amour, n’étaient pas l’affaire d’un seul homme". Richard Flanagan parvient brillamment à les saisir dans ce roman impressionnant.

Kerenn Elkaïm

Sur les mêmes thèmes (16 articles)

close

S’abonner à #La Lettre