Entretien

Timothée de Fombelle : "Chaque livre s’écrit dans le vide des précédents"

Timothée de Fombelle - Photo CHLOÉ VOLLMER/GALLIMARD JEUNESSE

Timothée de Fombelle : "Chaque livre s’écrit dans le vide des précédents"

Timothée de Fombelle revient le 3 juin en librairie avec Esther Andersen publié chez Gallimard Jeunesse. L'auteur et président du jury 2021 du Grand Prix Livres Hebdo des Librairies nous parle de son nouvel album, tiré à 16000 exemplaires.

J’achète l’article 1.50 €

Par Dahlia Girgis,
Créé le 31.05.2021 à 17h23,
Mis à jour le 03.06.2021 à 15h32

Un album sur les émotions de l'enfance, les grands espaces et la solitude. Timothée de Fombelle revient le 3 juin en librairie avec Esther Andersen publié chez Gallimard Jeunesse. Révélé en 2006 par le roman Tobie Lolness (Prix Sorcières, Grand prix de l'imaginaire, Prix Saint-Exupéry), son nouveau livre sera tiré à 16000 exemplaires. Le président du jury 2021 du Grand Prix Livres Hebdo des Librairies nous parle de son nouveau livre, un an après le succès d'Alma.

Comment est né Esther Anderson ?
Ce livre est né d’une envie de respiration. Je travaille sur des projets au long court comme des sagas, et là, j’avais absolument besoin de ces fenêtres que permet la littérature jeunesse. Au départ je ne savais pas pour qui je l’écrivais, je savais seulement que ce serait un album. J’ai écrit en laissant de la place pour l’illustration. Pour trouver la bonne personne, cela a été une longue chasse. 

Comment avez-vous travaillé avec l’illustratrice Irène Bonacina ? 
Je connaissais déjà son travail. J’ai eu un gros coup de cœur pour ses illustrations dans Oscar et Carrosse (de Ludovic Lecomte, ndlr). Son trait est incroyable. Il me fait penser à celui de Quentin Blake ou Sempé. La collaboration s’est faite successivement. D’abord, mon travail sur le scénario, puis le pacte entre nous pour vérifier que nous sommes sur la même longueur d’onde, puis son travail en solitaire. Le bonheur de cette rencontre est, pour moi qui ne sait absolument pas dessiner, d’avoir un bras armé qui m’éclabousse de son talent. 

Quel est le message de cet album jeunesse  ?
Ce n’est pas un récit autobiographique, mais j’ai pensé à mes étés chez mes grands-parents à Noirmoutier (Pays de la Loire) et dans les Deux Sèvres (Nouvelle Aquitaine). Ces longs été qui se ressemblent un peu et qui laissent une trace profonde. L’ouvrage parle de la longueur du temps et de la solitude féconde. Dans cette répétition surgit l’inconnu. C’est une brusque transformation avec la rencontre de l’amour, la curiosité et la découverte d’autrui. Un dernier sujet qui était imprévu, mais qui s’est invité avec la pandémie, c’est le lien avec les grands espaces et l’insouciance.

Esther Anderson transmet beaucoup d’émotions à travers son histoire et ses illustrations, c’était important pour vous ? 
L’émotion, c’est le carburant de la lecture. Même lorsque j’écris des romans d’aventures ou d'autres, je laisse toujours des poches d’émotions. Quand le lecteur reconnaît quelque chose qui pourrait lui appartenir sans l’avoir vécu, c’est là que se situe l’émotion. Je rencontre une première vague d’émotions quand j’écris l’histoire, une seconde quand je découvre les illustrations et enfin la dernière, c’est celle du lecteur.  

Depuis la parution en 2006, de Tobie Lolness, comment vous renouvelez- vous ?
Le meilleur moyen de se renouveler, c’est de ne pas se perdre. Il faut toujours aller un peu plus loin dans son travail. Chaque livre répond à un manque du précédent. Dans Tobie Lolness, je suis dans un grand arbre, juste après je n’ai qu’une envie : c’est d’y descendre. Dans l’ouvrage suivant je parle de la mer, des dirigeables qui traversent le ciel des années 30…  Chaque livre s’écrit dans le vide des précédents. 

Vous êtes le nouveau président du jury du Grand Prix Livres Hebdo des Librairies, qu’attendez vous des candidats ? 
Je suis un rat de librairie. Il y a peu de journée où je ne m’y rends pas. C’est à la fois ma récréation, ma récompense, le lieu qui me donne envie d’écrire et où je me sens le mieux. Depuis près d’un an, il y a une redécouverte de la librairie. J’attends que ces lieux de vies et de ventes soient à la hauteur du rendez-vous. Certaines librairies sont des cocons pour ses habitués, mais ils doivent ouvrir grand leur bras aux nouveaux lecteurs. Ce ne doit pas être des lieux intimidants, mais des lieux de libertés !

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités