GRANDS PRIX D'AUTOMNE

[Sur la route du Goncourt 2021] Sorj Chalandon, "Enfant de salaud" (Grasset) : le procès d'un père

Sorj Chalandon - Photo JEAN-FRANÇOIS PAGE/GRASSET

[Sur la route du Goncourt 2021] Sorj Chalandon, "Enfant de salaud" (Grasset) : le procès d'un père

Dans l'attente de connaître le 3 novembre le nouveau lauréat 2021 du prix Goncourt, Livres Hebdo revient sur les 16 romans de la première sélection.

J’achète l’article 1.50 €

Par Thomas Faidherbe, Dahlia Girgis,
Créé le 27.09.2021 à 15h09,
Mis à jour le 27.09.2021 à 16h00

Le prix littéraire le plus attendu de la saison, le Goncourt, annoncera son lauréat 2021, le 3 novembre. Livres Hebdo vous propose de revenir sur chacun des 16 romans en lice, révélé dans une première sélection le 7 septembre.

Dans son huitième roman, Enfant de salaud, paru le 18 août chez Grasset, Sorj Chalandon raconte l’histoire d’un père, le "salaud". Tiré à 40 000 exemplaires, cet ouvrage personnel reprend les thèmes classiques du romancier : l’enfance, la figure du père, la guerre, l’héroïsme et ses légendes.

Pendant son enfance, l’auteur écoutait les exploits de son père, Jean, résistant pendant la Seconde Guerre mondiale. Fasciné par cet homme imprévisible, violent et parfois fantasque, le narrateur finit par découvrir la vraie identité de son père. Un homme aux multiples facettes dévoilées au détour d’une conversation entre son grand-père et sa grand-mère retranscrite dans l'ouvrage : "Ton père portait l’uniforme allemand. Tu es un enfant de salaud !"

Cette révélation vient tout bousculer dans l’esprit de l’auteur. Son père, "ce héros" de guerre, est en réalité un collaborationniste, qui a porté cinq uniformes en quatre ans de guerre, dont l’uniforme allemand et les habits des résistants FFI. Quelques années plus tard, en mai 1987, le fils devenu journaliste suit le procès du criminel nazi Klaus Barbie et apprend que le dossier judiciaire de son père sommeille aux archives départementales du Nord. Trois ans de la vie d’un "collabo" y sont racontés à travers les procès-verbaux de police, les interrogatoires de justice, son procès et sa condamnation. Il livre ici un récit dans la même ambiance que son précédent roman Profession du père (Grasset, 2015).

"Mon père avait été SS. À 31 ans, je repartais dans la vie avec cette honte et ce fardeau", écrit Sorj Chalandon. Plus de 27000 exemplaires ont été vendus, et Enfant de salaud est déjà l'un des romans de la rentrée les mieux classés dans les meilleures ventes.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités