Entretien

Sébastien Guillot : « La science-fiction traverse un moment inédit »

Sébastien Guillot

Sébastien Guillot : « La science-fiction traverse un moment inédit »

Ancien éditeur chez Folio SF, puis chez Calmann-Lévy où il a dirigé les collections « Fantasy » et « Interstices », Sébastien Guillot se consacre depuis une dizaine d’années à la traduction d’œuvres de science-fiction. Pour les éditions ActuSF, il a dirigé Par-delà l’horizon, anthologie de 18 nouvelles d’auteurs français qui paraît ce 22 octobre.

J’achète l’article 1.50 €

Par Charles Knappek,
Créé le 20.10.2021 à 10h30,
Mis à jour le 20.10.2021 à 11h00

Pourquoi rassembler, en 2021, 18 auteurs français dans une anthologie de SF ?
Douze ans ont passé depuis la publication du Retour sur l'horizon de Serge Lehman, plus de vingt ans depuis Escales sur l'horizon. Il nous a donc paru important, sinon nécessaire, de faire un nouveau point d'étape sur la science-fiction française, qui a depuis accueilli en son sein un nombre considérable de nouveaux auteurs tout à fait recommandables - sans pour autant négliger ce que je me garderais bien de qualifier de "vieille garde". Le tout dans un contexte éditorial qui a pas mal évolué, et joue nécessairement sur les publications aujourd'hui proposées aux lecteurs.

Que retenir des nouvelles publiées ?
Ariel Kyrou, fin connaisseur de la SF, le dit dans la postface et je suis d’accord avec lui : il existe une spécificité française par rapport au domaine anglo-saxon que l’on perçoit très bien dans l’anthologie. Les auteurs français ont tendance à concevoir la SF comme un outil narratif plus que comme une fin en soi. On est rarement dans la hard science. Il en ressort des histoires très poussées sur le plan stylistique ayant souvent pour cadre un futur désenchanté, dans lequel l’humanité est confrontée à l’adversité. On note aussi l’émergence de nouvelles thématiques. Beaucoup d’histoires ont par exemple pour toile de fond des sociétés en butte à un usage néfaste des réseaux sociaux.

Sur quels critères les auteurs ont-ils été sélectionnés ?
Avec Jérôme Vincent, qui dirige ActuSF, nous avons sollicité les auteurs qui nous intéressaient. Le premier critère a été le style, nous voulions de vrais écrivains. Il était aussi important d’accorder une place importante aux jeunes plumes. Près de la moitié des textes de l’anthologie sont le fruit d’auteurs qui ne publiaient pas encore il y a dix ans.

Il y a autant d’auteurs que d’autrices dans Par-delà l’horizon. La SF s’est-elle beaucoup féminisée ces dernières années ?
En tout cas, nous n’avons eu aucun mal à atteindre la parité quand il s’est agi de trouver des autrices. Si les classements des meilleures ventes restent dominés par des auteurs masculins, les autrices occupent aujourd’hui une place de plus en plus importante dans la production. Depuis dix ans, les directions éditoriales se sont aussi beaucoup féminisées, cela joue forcément dans leurs choix, même si je ne pense pas qu’il y avait précédemment une volonté consciente de limiter la place accordée aux autrices. Beaucoup reste néanmoins à faire. Je discutais récemment avec une éditrice d’une vingtaine d’années : si j’ai tendance à mesurer le chemin parcouru depuis le début des années 2000, quand je démarrais ma carrière d’éditeur, elle, de son côté, voit surtout le chemin qui reste à parcourir.

Comment voyez-vous évoluer la production de SF ?
Un tamis monstrueux s’opère au niveau des classiques. Des auteurs comme Tim Powers ou Roger Zelazny, longtemps valeurs sûres du fonds, ont quasiment disparu des librairies. Si les auteurs patrimoniaux continuent de peser lourd dans les ventes, les éditeurs sont aujourd’hui contraints de prendre plus de risques que par le passé. La science-fiction traverse un moment inédit de son histoire. C’est une chance pour les auteurs français à qui il revient de s’emparer de l’espace laissé vacant. Sans pour autant imaginer que le marché de la science-fiction est en train d’exploser. Il y a bien sûr le phénomène des Furtifs, mais Alain Damasio reste un cas isolé. Son succès ne se traduit pas, pour le moment, par une croissance exponentielle du socle des lecteurs de science-fiction.
 

Par-delà l’horizon


Anthologie de nouvelles de science-fiction contemporaine, Par-delà l’horizon (ActuSF) a été dirigé et préfacé par Sébastien Guillot. L’ouvrage, postfacé par Ariel Kyrou, rassemble des textes d’Emilie Querbalec, Stéphane Beauverger, Luvan, LL. Kloetzer, Silène Edgar, Pierre Bordage, Lauriane Dufant, Christian Léourier, Floriane Soulas, Romain Lucazeau, Audrey Pleynet, Michael Roch, Léo Henry, Ketty Steward, Jean-Laurent Del Socorro, Jeanne-A Debats, Frédéric Jaccaud et Chris Vuklisevic.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités