BD/France 26 août Loo Hui Phang et Hugues Micol

Sauvage et beau

Extrait de Black-out de Loo Hui Phang et Hugues Micol. - Photo LOO HUI PHANG ET HUGUES MICOL/FUTUROPOLIS

Sauvage et beau

Loo Hui Phang et Hugues Micol dressent de l'Hollywood des années 1940-1950 un portrait féroce à travers la biographie flamboyante de l'acteur métis Maximus Wyld.

J’achète l’article 1.50 €

Par Fabrice Piault,
Créé le 19.06.2020 à 00h00,
Mis à jour le 18.06.2020 à 22h30

Devant la caméra de John Ford, Howard Hawks, John Huston ou Alfred Hitchcock ; dans l'ombre de Cary Grant, Humphrey Bogart ou John Wayne ; dans le lit de Lana Turner, Vivien Leigh, Ava Gardner ou Rita Hayworth, du moins si l'on en croit Loo Hui Phang et Hugues Micol, Maximus Wyld est, aux grandes heures d'Hollywood, un comédien fantôme. Né Maximus Ohanzee Wildhorse, rebaptisé par la MGM pour faire plus civilisé lorsqu'elle l'a « signé », l'acteur à la triple origine afro-américaine, chinoise et amérindienne - il descendrait du chef comanche Wild Horse - est préposé aux rôles d'indien, de révolutionnaire mexicain ou d'Oriental basané dans les suprerproductions des années 1940 et 1950. C'est un « nègre de studio », comme il le dit dans le flamboyant Black-out où la scénariste de L'odeur des garçons affamés (avec Frédérik Peeters, Casterman 2016) et l'auteur de Scalp (Futuropolis, 2017), tout aussi flamboyants, reconstituent la trajectoire en forme de « trou noir » de cet acteur sauvage et beau « dont ne subsistent que deux dates : sa naissance et sa mort ».

Avant d'ouvrir la voie à Sidney Poitier, Harry Belafonte ou Yul Brynner, Maximus Wyld doit enchaîner des rôles à la fois secondaires et humiliants dans Shanghai Gesture, Le faucon maltais, La terre des pharaons, La prisonnière du désert,Vertigo, ou Gengis Khan. Il joue dans les « race movies » à petit budget qui enthousiasment la communauté afro-américaine sans percer au-delà. S'il impose à Louis B. Mayer de ne plus jouer des rôles de domestiques noirs, ce dernier n'honorera jamais sa promesse de faire de lui « la première star noire » dans un Othello à la production sans cesse repoussée. Derrière l'ambition contrariée de Maximus Wyld, Loo Hui Phang et Hugues Micol dressent, sur fond de maccarthysme, un tableau féroce du rouleau compresseur d'Hollywood, qui lamine en priorité les femmes et les noirs.

Loo Hui Phang et Hugues Micol
Black-out
Futuropolis
Tirage: 4 000 ex.
Prix: 28 € ; 200 en N & B
ISBN: 9782754828048

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités