Plusieurs réactions après l’autodafé en Pologne | Livres Hebdo

Par Alexiane Guchereau, avec AFP, le 03.04.2019 à 17h12 (mis à jour le 03.04.2019 à 18h00) Pologne

Plusieurs réactions après l’autodafé en Pologne

Le site Na temat a publié une photo de l'autodafé - Photo SMS Z NIEBA

L’autodafé organisé par trois prêtres dimanche matin à Gdansk (Pologne) a suscité de nombreuses réactions dans le pays.

L’autodafé organisé après la messe de dimanche matin à la paroisse Notre-Dame-Mère de l’Eglise à Gdansk a suscité plusieurs réactions en Pologne. L’un des prêtres polonais à l'origine de la cérémonie organisée dimanche a présenté aujourd’hui ses excuses pour "cet acte malheureux" sur la page Facebook de la fondation SMS des Cieux, dont il est membre. Il ne s’agissait pas selon lui "de se moquer d’un groupe social ou d’une religion et cela ne visait ni les livres en tant que tels ni la culture" .
 
Avec deux autres prêtres de la paroisse, ils ont brûlé des tomes d’Harry Potter ou de Twilight et de nombreux autres objets qu’ils considéraient comme liés à la magie et à l’occultisme en expliquant "obéir à la parole divine". Le père Kazimierz Sowa, figure médiatique catholique en Pologne, a regretté sur Facebook que "porter un col romain ne protège pas contre la bêtise". L’épiscopat s’est à ce jour refusé à commenter la cérémonie.
 
Les photos de l'autodafé montraient également que les prêtres ont fait participer des enfants de chœur. "Un acte particulièrement répréhensible" sur le plan moral a jugé Lukasz Turski, professeur de physique polonais, dans une lettre ouverte publiée hier par le quotidien Gazeta Wiborcza. Il appelle l’Eglise "à condamner immédiatement et mettre fin à cette pratique digne de l’Allemagne nazie" en citant également Heinrich Heine, qui en 1821, écrivait "Là où l’on brûle des livres, on finit par brûler des hommes" .
 
Le gouvernement ne s’est pas encore exprimé sur le sujet. Une ONG anti-pollution a cependant saisi le parquet d’une plainte pour "usage illégal du feu" servant à "brûler des matières synthétiques" qui ont pollué l’air en créant une menace pour la santé".
close

S’abonner à #La Lettre