Ouverture de la médiathèque Assia-Djebar | Livres Hebdo

La médiathèque Assia-Djebar dans le 20e arrondissement de Paris. - Photo ROMAIN GAILLARD/VILLE DE PARIS

La médiathèque Assia-Djebar a ouvert ses portes, mardi 9 janvier, dans le 20e arrondissement de Paris. Dans ce secteur à la lisière de la capitale, classé parmi les vingt quartiers prioritaires du contrat de ville 2015-2020, et comptant 60 % de logements sociaux, le nouvel équipement a fait de la médiation sociale et de la convivialité le fondement de son programme (1). Une démarche qui a commencé avant même l’ouverture, grâce aux collaborations tissées par l’équipe de la bibliothèque avec les habitants et les acteurs locaux autour de trois projets : l’élaboration avec les habitants du plan d’usage de la bibliothèque, la rédaction avec les enseignants du quartier d’une charte qui encadre les actions conjointes entre la bibliothèque et les écoles, l’achat de 600 BD et mangas sélectionnés par un groupe de collégiens, qui ont insisté pour inaugurer mardi "officiellement" la bibliothèque, avec une cérémonie de coupé de ruban. "Nous avons réussi notre pari d’être une présence familière dans le quartier avant même notre ouverture, confirme en souriant Sylvie Kha, directrice de la médiathèque Assia-Djebar. Maintenant que le lieu existe, nous allons relancer la démarche participative." Les riverains peuvent à présent découvrir leur nouvelle bibliothèque, aménagée sur un plateau de 848 m2 : teintes douces, fauteuils et chauffeuses confortables, rayonnages sur roulettes pour pouvoir accueillir une animation.

La bibliothèque compte trois salles fermées : le Cube, pour les tout-petits, la Bulle, salle de travail silencieuse, et la Machinerie, espace multimédia avec 9 postes informatiques. Le jeu sous toutes ses formes occupe une place importante et sert de fil conducteur à la promotion du vivre-ensemble et du lien intergénérationnel. La bibliothèque propose 35 000 documents sur tous supports, avec comme axes forts l’autoformation, le parascolaire, l’apprentissage des langues et le soutien à la parentalité - ici, les collections pour les enfants sont rassemblées dans un espace appelé "Famille", et non "Jeunesse". L’équipe de 16 personnes regroupe des profils très variés, des bibliothécaires, bien sûr, mais aussi des professionnels venant du secteur de la petite enfance ou de l’animation socioculturelle. Véronique Heurtematte

(1) Voir "La participation au cœur du projet de bibliothèque", dans LH 1100 du 7.10.2016, p. 37.

Sur les mêmes thèmes (1 article)

Thématique

close

S’abonner à #La Lettre