Olivier Corpet démissionne de la direction de l'IMEC | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, avec vt, le 05.09.2013

Olivier Corpet démissionne de la direction de l'IMEC

Olivier Corpet

Le directeur de l'Institut Mémoires de l'édition contemporaine explique dans un communiqué les raisons de sa démission. Il sera remplacé par Nathalie Léger, sa directrice adjointe.

Dans un courrier daté du 2 septembre, Olivier Corpet explique sa démission de l'IMEC lors de la dernière Assemblée générale, le 20 juin dernier. Directeur de l'institution depuis sa création il y a 25 ans, il invoque "deux raisons essentielles" qui ont motivé sa décision.

"La première, d'ordre personnel, tient à mon état de santé, qui ne me permet plus aujourd'hui d'assurer pleinement une direction sereine et maîtrisée de cette institution devenue une véritable entreprise", explique-t-il.

Olivier Corpet poursuit : "La seconde est d'ordre intellectuel et politique. J'ai toujours pensé que le développement de l'IMEC portait intrinsèquement la question cruciale de la transmission à une nouvelle équipe dirigeante, chargée de la poursuite du projet initial, dans sa dynamique et ses évolutions."

Le conseil d'administration a désigné au poste de directrice générale de l'IMEC, à l'unanimité, Nathalie Léger, directrice adjointe depuis 2009.

Olivier Corpet ne quitte cependant pas l'IMEC. Sur proposition de Pierre Leroy, président de l'IMEC depuis février, il devient conseiller spécial pour les questions de stratégie et de développement. Il assurera également un rôle dans la gestion et la valorisation de certains fonds pour lesquels il a été sollicité nommément par les auteurs eux-mêmes ou par leurs ayants droit.

Dans un entretien au journal montréalais La Presse, en 2009, Olivier Corpet décrivait ainsi son métier : "Il faut d'abord aimer les oeuvres, et les écrivains. Je crois que c'est indispensable. J'aurai un jour un successeur, évidemment. Il faudra qu'il aime les écrivains. On ne peut pas aimer tous les écrivains, parce que tous les écrivains ne sont pas à aimer ou aimables. Je crois qu'il faut quand même lire les oeuvres, les connaître. Je ne suis pas seulement le «dépositaire des clés»."

Thématique

Auteur cité (1)

close

S’abonner à #La Lettre