Nuit debout | Livres Hebdo

Georg Philipp Friedrich Freiherr von Hardenberg - Photo DOMAINE PUBLIC

La richesse de la pensée de Novalis s'exprime dans ces fragments romantiques.

Dans L'immortalité, Milan Kundera évoque « la mort transmuée en alcool de poésie » chez Novalis (1772-1801). On retrouvera dans ces quelque 700 fragments dont certains parurent en 2005 sous le titre Art et utopie (Rue d'Ulm) la prescience de sa fin précoce chez ce poète romantique allemand qui n'atteignit pas sa trentième année, emporté par la tuberculose. Toute sa vie en appelle à la mort, après

Lire la suite (1 000 caractères)

S’abonner à livres Hebdo

Débloquez l’accès illimité aux articles et aux archives.

  • Classements et tableaux de bord
  • Meilleures ventes
  • Agenda événements
  • L’annuaire éditeurs & diffuseurs
  • Et plus encore...
je m’abonne

Acheter l’article [1,50€]

Il sera archivé et listé avec vos précédents achats depuis votre compte Livres Hebdo.

  • La version pdf et imprimable
  • L’accès aux documents annexes
  • L’archive disponible à vie
j’achète l’article
close

S’abonner à #La Lettre