Martin Hirsch répond avec un livre aux accusations d'Edouard Louis | Livres Hebdo

Par Nicolas Turcev, avec AFP, le 21.02.2019 à 18h34 (mis à jour le 22.02.2019 à 10h50) à paraître

Martin Hirsch répond avec un livre aux accusations d'Edouard Louis

Martin Hirsch - Photo FRANCE INTER

Le créateur du RSA accuse l’écrivain Edouard Louis, qui l’avait désigné comme responsable des maux de son père, de "révisionnisme social".

Martin Hirsch, initiateur du RSA et actuel directeur de l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris, fera paraître le 27 février Comment j’ai tué son père, chez Stock, une réponse en forme de roman à l’écrivain Edouard Louis, qui l’avait accusé d’avoir "broyé le dos" de son père dans son autofiction Qui a tué mon père (Seuil, 2018). L'ouvrage sera tiéré à 8000 exemplaires.
 
L’ancien haut-commissaire aux Solidarités actives contre la pauvreté de Nicolas Sarkozy a profité de cette annonce, faite sur France Inter, pour critiquer le "révisionnisme social" du jeune intellectuel. "Edouard Louis refait l'histoire du RSA, a déclaré Martin Hirsch. Dans un livre qui passe pour sérieux, il expliquerait à des lecteurs qu'il prend pour des gogos que le RSA est en fait une arme de destruction massive pour tuer les gens, casser les dos des pauvres gens qui ne peuvent pas travailler, qui sont malades, qu'on viendrait forcer à coups de trique à aller travailler à 40 km de chez eux, mais c'est absurde !"

"Il est bien vivant son père d'ailleurs"
 
Le haut fonctionnaire poursuit : "Quand quelqu'un inonde les réseaux sociaux, va dans le monde entier (...) expliquer 'My father has been killed by Martin Hirsch' [mon père a été tué par Martin Hirsch], les gens le prennent au premier degré bien évidemment, il est bien vivant son père d'ailleurs". Selon l'ancien président d'Emmaüs France, le recours à la prime d’activité, créée à la suite du RSA, s’est d’ailleurs avéré "bien utile" pour faire face aux "problèmes de pouvoir d’achat" soulevés par les "gilets jaunes".
 
Successeur du revenu minimum d'insertion (RMI), le RSA concerne 1,8 million de personnes, pour un montant mensuel moyen de 494 euros à la mi-2018. Un tiers des Français éligibles à cette aide sociale ne la demandent pas, selon un rapport du Comité national d’évaluation du RSA.
 

"Qui a tué mon père" au théâtre

Du 12 mars au 3 avril, le Théâtre de la Colline (Paris) accueille la pièce adaptée du roman d'Edouard Louis, Qui a tué mon père. L'auteur a lui même écrit le texte pour les planches et la pièce est mise en scène et interprétée par Stanislas Nordey.
 
close

S’abonner à #La Lettre