Martin Amis et Christoph Ransmayr, lauréats du Prix du Meilleur livre étranger 2015 | Livres Hebdo

Par Marine Durand, le 16.11.2015 à 19h30 (mis à jour le 04.01.2016 à 12h03) proclamation

Martin Amis et Christoph Ransmayr, lauréats du Prix du Meilleur livre étranger 2015

Martin Amis et Christoph Ransmayr - Photo SABEL FONSECA ET JOHANNES CIZEK CC BY-SA 3.0

Le romancier britannique Martin Amis a reçu le prix Sofitel du Meilleur livre étranger pour La zone d'intérêt (Calmann-Lévy), tandis que l'Autrichien Christoph Ransmayr est sacré dans la catégorie essai pour Atlas d'un homme inquiet (Albin Michel).

Finaliste malheureux du Femina étranger 2015, Martin Amis a été couronné par le prix Sofitel du Meilleur livre étranger pour La zone d'intérêt, son 14e roman traduit de l’anglais par Bernard Turle et publié chez Calmann-Lévy. Le jury l'a choisi par six voix contre trois à Erikur Örn Norddahl pour Illska (Métailié), une à Stefan Brijs pour Courrier des tranchées (Heloïse d’Ormesson) et une à Diane Setterfield pour L’homme au manteau noir (Plon).

Dans ce roman satirique et controversé, se déroulant dans un camp de concentration polonais, l'auteur fait évoluer trois personnages : le commandant nazi Paul Doll, persuadé d'être dans son bon droit lorsqu'il conduit les juifs dans les chambres à gaz, l'officier SS Angelus Thomsen, obsédé par les femmes et plus que tout par la femme du commandant, et Szmul, un Juif déporté mis à la tête des Sonderkommando. Dans son avant-critique publiée dans Livres Hebdo en mai, Alexandre Fillon écrivait : "La zone d’intérêt met en scène de manière grinçante des êtres qui ne veulent voir que ce qu’ils veulent voir, se retranchent dans leur tour d’ivoire ou retardent l’échéance."

Dans la catégorie Essai

Du côté du prix du Meilleur livre étranger dans la catégorie essai, c'est l'Autrichien Christoph Ransmayr qui l'a emporté avec Atlas d'un homme inquiet (Albin Michel). Il a été désigné par neuf voix contre deux à Fairyland, d'Alysia Abbott (Globe).

Déjà lauréat du prix Jean Monnet de littérature européenne, Atlas d'un homme inquiet, traduit de l'allemand par Bernard Kreiss, se présente comme un recueil de 70 textes, brossant un tableau du monde tel que l'auteur l'a perçu au fil de ses pérégrinations, de l'Arctique aux tropiques, en passant par tous les continents et les îles les plus isolées.

Créé en 1948 par un groupe de directeurs littéraires de maisons d'édition, le prix du Meilleur livre étranger a été l'un des premiers à distinguer des ouvrages de littérature étrangère. Il est sponsorisé par Sofitel depuis 2011. Son jury actuel se compose d'Ariane Fasquelle, Christine Jordis, Anne Freyer, Nathalie Crom, Joëlle Losfeld, Catherine Enjolet, Daniel Arsand, Manuel Carcassonne, Gérard de Cortanze, Jean-Claude Lebrun, Alexis Liebaert et Joël Schmidt.

En 2014, le prix du Meilleur livre étranger avait été décerné à Drago Jancar pour Cette nuit, je l’ai vue (Phébus), et à Göran Rosenberg dans la catégorie son essai pour Une brève halte après Auschwitz (Seuil).
close

S’abonner à #La Lettre