L'Ukraine interdit les livres "donnant une image positive" de la Russie | Livres Hebdo

Par Cécilia Lacour, avec AFP, le 02.01.2017 à 16h27 (mis à jour le 02.01.2017 à 17h00) Censure

L'Ukraine interdit les livres "donnant une image positive" de la Russie

L’écrivain Edouard Limonov est l'un des écrivains russes interdit de parution en Ukraine, par les autorités ukrainiennes. - Photo CC BY-SA 3.0

Selon une loi promulguée par le président ukrainien Petro Porochenko, un groupe d'experts devra évaluer quels livres sont acceptables ou pas.

Le président ukrainien Petro Porochenko a promulgué une loi, vendredi 30 décembre, visant à interdire "la promotion des Etats agresseurs (…) ou les livres donnant une image positive" de ceux-ci, en visant explicitement la Russie.
 
Les autorités ukrainiennes intensifient leur guerre culturelle contre la Russie en interdisant les livres considérés comme faisant l’éloge du Kremlin ou défendant des "opinions totalitaires”. Cette interdiction frappe également les ouvrages qui appellent à un coup d’Etat en Ukraine ou qui font la promotion de la guerre et de la haine raciale.
 
Selon le texte de loi, un groupe d’experts sera chargé de décider quels livres russes peuvent être publiés ou non.

38 livres russes interdits en 2015
 
En août 2015, les autorités ukrainiennes ont déjà interdit 38 livres russes comme ceux d'Alexandre Douguine ou de l’écrivain Edouard Limonov, dont l’ouvrage Kiev kaput à paraître en France en mars à La Manufacture de livres.
 
Par la suite, le pays a adopté une série de lois interdisant la diffusion de plus de 500 émissions ou films russes critiquant l’Ukraine ou le soulèvement pro européen de Maïdan, en février 2014. Ces interdictions successives ont été dénoncées par des ONG comme une entrave à la liberté d’expression.
 
Les relations entre l'Ukraine et la Russie sont au plus bas depuis l'annexion de la Crimée en mars 2014 par Moscou, suivie d'un conflit avec des séparatistes pro russes dans l'Est du pays qui a fait près de 10 000 morts en un peu plus de deux ans.
close

S’abonner à #La Lettre