L’UIE demande la libération d’un éditeur bengali | Livres Hebdo

Par Agathe Auproux, le 17.02.2016 à 16h22 (mis à jour le 17.02.2016 à 17h00) Bangladesh

L’UIE demande la libération d’un éditeur bengali

Photo DNAINDIA

L’Union internationale des éditeurs (UIE) réclame la libération immédiate de Shamsuzzoha Manik, arrêté le 15 février pour la publication d’un livre jugé blasphématoire.

L’éditeur bengali Shamsuzzoha Manik, 73 ans, a été arrêté lundi 15 février à Dacca suite à la publication d’un livre jugé offensant pour l’Islam. L’Union internationale des éditeurs (UIE) réclame sa libération immédiate ainsi que sa mise sous protection.
 
Shamsuzzoha Manik a été appréhendé juste quelques heures après la fermeture de son stand au Salon international du livre du Bangladesh, manifestation qui court chaque année sur tout le mois de février à Dacca. L'éditeur avait reçu des menaces d'un groupe islamiste pour blasphème. Il était accompagné de deux personnes, qui ont également été arrêtées.
 
Le président de l’Association des éditeurs du Bangladesh, Kamrul Hasan Shayok, a déclaré être "très inquiet par l’arrestation de Shamsuzzoha Manik". "Le fait qu’il y ait un tel manque de considération au Bangladesh autour du caractère fondamental de la liberté de publier fait réfléchir. Nous devons travailler avec l’UIE pour faire naître une prise de conscience collective autour de ce sujet, pour le bien d’un Bangladesh moderne et progressiste", ajoute-t-il dans un communiqué.
 
L’UIE avait déjà exigé du gouvernement bengali un renforcement considérable des protections mises en place autour des éditeurs, suite à la série de violentes attaques qui avaient notamment causé la mort d’un éditeur bengali, le 31 octobre 2015.
close

S’abonner à #La Lettre