Un éditeur assassiné et un autre grièvement blessé à Dacca | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, avec afp, le 02.11.2015 à 16h17 (mis à jour le 02.11.2015 à 17h00) Bangladesh

Un éditeur assassiné et un autre grièvement blessé à Dacca

L'éditeur Faisal Arefin Dipan a été assassiné à son bureau à Dacca (Bangladesh). - Photo DR

Samedi 31 octobre, un éditeur a été assassiné à son bureau à Dacca (Bangladesh) quelques heures après une attaque aux éditions Suddhaswar qui a grièvement blessé un autre éditeur, un blogueur et un poète.

Samedi 31 octobre, l’éditeur ​Faisal Arefin Dipa (Jagriti Publications) a été assassiné dans son bureau à Dacca au Bangladesh, quelques heures après un attentat dans une autre maison d’édition (Suddhaswar) qui a laissé trois défenseurs de la laïcité - un éditeur, un blogueur et un poète - grièvement blessés,  a-t-on appris auprès de différentes sources.

L'Union internationale des éditeurs a demandé officiellement ce lundi 2 novembre que le gouvernement du Bangladesh protège les éditeurs et punissent les auteurs de cette attaque cruelle. "Ce sont des actes barbares" explique l'UIE qui "menacent la liberté de publier."

La branche d’Al-Qaïda dans le sous-continent indien (AQIS), Ansar al-Islam, a revendiqué ces attaques sur Twitter. "Ces deux athées apostats avaient publié des livres qui attentent à l’honneur du Prophète et raillent l’islam", a affirmé le groupe, laissant entendre que les deux éditeurs étaient leurs cibles principales. La police n’était pas en mesure de confirmer si ce groupe est à l’origine des attaques. Cependant, leur modus operandi est identique: les assaillants utilisent machettes et hachoirs, laissent leurs victimes dans un bain de sang et les enferment avant de fuir.

L’éditeur ​Ahmedur Rashid Tutul, le blogueur défenseur de la laïcité Ranadipam Basu et le jeune poète laïc Tareq Rahim ont d’abord été attaqués vers 15 heures locales par trois hommes au siège de la maison d’édition Suddhaswar, a déclaré à l’AFP le chef de la police locale, Jamaluddin Mir. Les assaillants se sont également servis d’une arme à feu. Les policiers ont forcé la porte et les trois blessés ont été hospitalisés. L’un restait dans un état critique en fin de journée.

La liberté de publier mis en cause

Ahmedur Rashid Tutul est le patron de la maison d’édition Suddhaswar, qui a publié des livres d’Avijit Roy et de plusieurs autres jeunes écrivains défenseurs de la laïcité. Blogueur américain d’origine bangladaise, Avijit Roy avait été assassiné en février à Dacca en marge d’un salon du livre.

En apprenant la nouvelle de ce premier attentat, Abul Kashem Fazlul Haq, un écrivain et un intellectuel connu dans le pays, s’est inquiété pour son fils éditeur.

"Je me suis précipité vers son bureau” dans le centre de Dacca "j’ai cassé le cadenas. Je l’ai vu, étendu dans une énorme flaque de sang. Ils l’ont poignardé dans le cou. Il est mort ”, a-t-il raconté à l’AFP. Son fils, Faisal Arefin Dipan, 43 ans, avait aussi publié des œuvres d’Avijit Roy et d’autres écrivains athées. Il dirigeait la maison d'édition Jagriti Publications.

L’assassinat de Avijit Roy a été le premier d’une série d’attaques meurtrières cette année contre des athées ou défenseurs de la laïcité. Au moins quatre blogueurs athées ont été assassinés par des islamistes présumés.

Bon nombre de blogueurs qui défendent la laïcité sont passés dans la clandestinité et signent sous des pseudonymes. D’autres ont fui à l’étranger. Les militants laïcs accusent les islamistes d’avoir une liste noire des personnes à abattre.

Sur les mêmes thèmes (1 article)

close

S’abonner à #La Lettre