Exposition

"Livres d'heures" et enluminures : le musée de Cluny présente les arts sous Charles VII

L'exposition « Les arts en France sous Charles VII (1422-1461) » est disponible, au Musée de Cluny, jusqu'au 16 juin. - Photo Rémi Jaouen - Musée de Cluny

"Livres d'heures" et enluminures : le musée de Cluny présente les arts sous Charles VII

Jusqu’au 16 juin, le musée de Cluny à Paris accueille, en partenariat avec la BNF, l’exposition « Les arts en France sous Charles VII (1422-1461) », qui donne à voir une œuvre moderne et foisonnante, ouverte sur les prémices de la Renaissance.

J’achète l’article 1.5 €

Par Sean J. Rose,
Créé le 02.04.2024 à 18h08 ,
Mis à jour le 03.04.2024 à 09h56

Le roi de Blois, c’est lui ! Charles VII, sacré à Reims avec l’aide de Jeanne d’Arc après qu’elle eut délivré Orléans, avait été affublé de ce titre dérisoire par ses adversaires, les Bourguignons, alliés des Anglais lors la Guerre de Cent Ans. Le domaine royal avait été réduit à portion congrue. Le roi d’Angleterre qui revendiquait la couronne de France possédait la Guyenne et venait de conquérir la Normandie ; les Flandres appartenaient au puissant duc de Bourgogne, cousin du roi de France ; la Bretagne était un duché indépendant…

Mais les arts de cette période du milieu du XVe siècle – environ 1420-1460 – malgré les misères de la guerre n’ont cessé de prospérer. Pas forcément comme on tendrait à le penser aujourd’hui, à travers une vision un peu anachronique d’un État centralisé, mais dans divers foyers artistiques, sous le patronage de princes locaux et de grands commis de l’État riches et riches bourgeois (le chancelier Jouvenel des Ursins, le trésorier Étienne Chevalier, le banquier Jacques Cœur). Peintures, sculptures, vitraux et livres enluminés foisonnent sous le règne de Charles le Bien Servi, ainsi que le montrent l’exposition et le catalogue « Les arts en France sous Charles VII », au musée de Cluny, à Paris.

Des mutations politiques et artistiques

En vitrine dès l’entrée, une cotte de maille rappelle le contexte d’instabilité politique et de conflit armé où se trouve plongée la France au mitan du XVe siècle. Puis c’est le portrait du roi, chef-d'œuvre du Louvre signé Jean Fouquet, le plus grand peintre français de la période, qu’on découvre, ainsi qu’une monumentale tapisserie, le Dais dit de Charles VII, figurant des cerfs ailés, emblème personnel de ce prince. Sa majesté recouvrée, c’était comme si l’ancien « roi de Blois » nous conviait à découvrir les joyaux artistiques de son règne.

Exposition « Les arts en France sous Charles VII (1422-1461) »
L'exposition « Les arts en France sous Charles VII (1422-1461) » est disponible, au Musée de Cluny, jusqu'au 16 juin.- Photo © RÉMI JAOUEN, MUSÉE DE CLUNY – MUSÉE NATIONAL DU MOYEN ÂGE

Du val de Loire au Bourbonnais en passant par la Bourgogne ou le Midi, l’art français connaît alors un bel essor. Cet art est surtout, ainsi le corrobore l’exposition, au confluent de l’ars nova, ce « nouvel art » du Nord pratiqué par les peintres flamands (la peinture à l’huile et cette manière naturaliste se démarquant des raideurs hiératiques de l’art gothique) et de l’art venu d’Italie au modelé antique et à la perspective géométrique…

Dans Le baiser de Judas et l’arrestation du Christ, panneau du triptyque de Dreux-Budé (vers 1450), le Flamand André d’Ypres a plongé la scène dans la pénombre pour mieux dramatiser l’épisode de trahison de l’Iscariote. Le masque de femme en marbre blanc, sculptée par Francesco Laurana, spécialiste des camées et autres œuvres lapidaires, aux lignes suaves, dégage une beauté sereine, typique de cet artiste originaire de la Dalmatie vénitienne, et qui importa l’art italien à la cour provençale de René d’Anjou.

Le livre d’heure, best-seller du XVe siècle

Heures à l’usage de Paris, dit Heures de Guillaume Jouvenel des Ursins, Bréviaire du duc de Bedford… Les livres d’heures, ou recueils de prières portatifs que tout bon chrétien sachant lire se devait de posséder, feront le miel des amateurs d’enluminures. Prêts de la BNF ou d’autres institutions françaises ou internationales, ces feuilles aux couleurs luxuriantes, aux lettrines enchevêtrées de feuillages et ornées d’entrelacs d’or, sont des véritables tableaux miniatures.

Best-seller de ce XVe siècle à l’orée de la Renaissance, le livre d’heure est le signe extérieur de richesse des commanditaires voulant affirmer leur prestige. Il est l’occasion aux artistes de déployer leurs ressources. Simon de Varie, éponyme d’Heures enluminées, représenté de trois quarts, en prière devant la Vierge, est un insigne exemple du génie de Jean Fouquet, dont l’autoportrait sur en médaillon (émail et camaïeu d’or sur cuivre) est un chef-d'œuvre absolu du genre.

 

« Les arts en France sous Charles VII », Musée de Cluny, 75005 Paris
Du 12 mars au 16 juin
Catalogue aux Éditions GrandPalaisRmn
304 p., 45 €

Les dernières
actualités