L'expert en géopolitique Jean-Christophe Victor est mort | Livres Hebdo

Par Cécilia Lacour, le 29.12.2016 à 12h31 (mis à jour le 29.12.2016 à 13h00) Disparition

L'expert en géopolitique Jean-Christophe Victor est mort

Jean-Christophe Victor - Photo CAPTURE D'ÉCRAN - VIDÉO ARTE

Le créateur du "Dessous des cartes", diffusé sur Arte, et auteur de plusieurs ouvrages géopolitiques, est décédé à l'âge de 69 ans.

"C’est avec une profonde tristesse qu’Arte a appris le décès de Jean-Christophe Victor, survenu le 28 décembre 2016", déplore la chaîne dans un communiqué de presse. L’expert en géopolitique s’est éteint à Montpellier, à l’âge de 69 ans.
 
Fils de l’explorateur polaire et auteur Paul-Emile Victor et de la journaliste Eliane Victor, Jean-Christophe Victor est né le 30 mai 1947. Après un diplôme en chinois de l’Institut national des langues et civilisations orientales, il devient attaché culturel en Afghanistan pour le compte du Ministère des Affaires étrangères. De cette expérience, il titre L’enjeu afghan : La cité des murmures, publié chez J-C Lattès en 1983. Entre 1980 et 1989, il travaille au sein du Centre d’analyse, de prévision et de stratégie (CAPS) du Quai d’Orsay.
 
"Intellectuel brillant, et surtout humaniste convaincu et engagé dans la transmission de son savoir", selon Arte, il développe, dès 1990, pour la chaîne, une émission de géopolitique. Pédagogique et élaborée à partir de cartes, "Le Dessous des cartes" décrypte les relations internationales et les enjeux géopolitiques. Cette émission donne naissance à plusieurs ouvrages éponymes publiés chez Tallandier.
 
En 1991, il crée, avec Virginie Raisson, le Laboratoire d’études prospectives et d’analyses cartographiques (LEPAC), un laboratoire de recherche spécialisé en politique internationale.
 
Entre deux voyages, son émission et son laboratoire de recherche, Jean-Christophe a aussi travaillé à l’élaboration de l’Espace des Mondes polaires, premier musée consacré aux mondes arctiques et antarctiques, qui devrait ouvrir ses portes en février 2017 dans le Jura.
close

S’abonner à #La Lettre